Le blog de la Belette

  • Le demi-top

    IMG_3227IMG_3226IMG_3225
    Certes certes, un mois pour tricoter un demi-top, ça fait longuet... il faut dire que j'ai craqué, en début d'été, sur ce modèle, chez We are knitters. Je me suis dit "chouette, du coton, du point ajouré - jamais fait - bref, un petit défi à réaliser". Malheureusement, je n'ai pas eu le loisir de jouer avec mes aiguilles à longueur de journée depuis la mi-juillet. Je compte sur les quelques jours en Grèce pour avancer ; il sera peut-être prêt pour l'été prochain, sait-on jamais ^^ A suivre, donc.

  • Le Crozet

    IMG_3038IMG_3041IMG_3042IMG_3048IMG_3080IMG_3085IMG_3117IMG_3129

    Les vacances au Crozet, c'est renouer avec la nature, le rythme de la journée, les histoires de Pépé et Mémé, leurs envies et leurs soucis, qui ne sont absolument pas ceux que l'on rencontre en ville. C'est aussi les tablées familiales autour d'oeufs coque et de gigantesques plateaux de fromages. C'est surtout, une fois par semaine, la virée à Emmaüs pour déposer quelques sacs de fringues et objets, puis racheter autant de trésors qui, sans doute, repartirons l'été suivant. Les vacances au Crozet, c'est se retrouver, de temps en temps, dans de belles images de Depardon. Les vacances au Crozet, c'est sacré.

  • DD brodée

    DSC00114DSC00129
    DSC00137

    Il n'est pas toujours évident de faire le cadeau des UN an. Il y a toujours trop de jouets, de vêtements, un peu trop de consommation. J'aime bien l'idée que ce premier cadeau soit symbolique, reste. Alors oui, il est parfois inutile, mais j'aime à penser qu'il restera gravé dans un coin de tête, qu'il sera peut-être même conservé et ressortira du placard des nombreuses années après. Toujours est-il que l'adorable Andrée fêtait ce premier anniversaire il y a quelques jours. Ses parents sont drôles et attachés aux symboles, il fallait du concept, du jeu (de mots), du joli, aussi. J'ai décidé de broder des dés sur un mouchoir ancien déniché dans une brocante. Cela fait référence au jeu, donc, mais également à son petit surnom, Dédée. Sur une chemisette ancienne, un citron qui a la banane fera sans doute ressurgir a private joke du côté de mon frère. Un joli emballage, fignolé par les cartes numéros de chez Papier Tigre, fera le reste. C'est certainement un cadeau qui touchera davantage les parents que la fillette, mais je suis sûre que cela fait partie des présents "qui restent"...

  • Reine-Claude

    DSC00132
    DSC00136
    DSC00140
    DSC00142
    Certes certes, la Belette a disparu de la toile, dirait-on. On ne peut pas être au four et au moulin, hein, et mes projets professionnels m'ont pris toute mon énergie, ces temps. Les vacances arrivent, néanmoins, et l'envie, évidemment, de retourner au moulin. J'ai un tricot en cours, pas assez avancé pour en faire des photos, des coupons de tissus en pagaille qui n'attendent qu'à devenir pochettes, des broderies, des idées en tête... Le quotidien me rattrape aujourd'hui encore : c'est 5 kgs de reine-Claude qui dégringolent de l'arbre au fond du jardin ; 15 pots de confiture et autant de rangs de tricot en moins. Je sais pourtant que nous serons contents, cet automne, d'ouvrir ces pots plein de la chaleur de l'été.

  • Tawashis, mode d'emploi

    DSC00086DSC00089DSC00090

    Alors les Tawashis, késaco ? Ce sont de petites éponges que l'on tricote ou que l'on crochète. C'est, semble-t-il, une excellente alternative à l'éponge que l'on achète, d'autant que celles-ci passent en machine à laver sans problème. J'ai crocheté les miennes en tâtonnant, à partir de fil trapilho, ce gros fil en jersey de coton. Avec un crochet 15, j'ai monté une chaîne de 8 mailles, puis réalisé des mailles serrées en faisant une maille en l'air en début de chaque rang. Ceci sur 8 rangs. Une boucle pour accrocher l'éponge au crochet de l'évier, et le tour est joué ! Il faut ensuite s'habituer à délaisser l'autre éponge, et sur ce point, je n'ai pas encore beaucoup avancé ^^

  • Blanche

    Blanche a pointé le bout de son nez il y a quelques jours à peine, au moment même où les cerises commençaient à mûrir. Blanche doit avoir la peau douce et les yeux bien souvent fermés, encore. J'espère qu'elle les ouvrira, toutefois, au son des gazouillis du printemps et qu'elle aimera cet ensemble de tissus graphiques et colorés : un nuage d'oiseaux noirs, un lange d'oiseaux lumineux, et, pour la maman, Colombe, une broche fleurs colorée. Bienvenu, Blanche : tu arrives au meilleur moment de l'année !

  • Muffins et muguet

    DSC09599

    DSC09601

    Quel autre programme, en ce premier mai, que de faire des muffins et cueillir du muguet ? Je n'ai trouvé qu'un brin de clochettes blanches dans le jardin, bien odorant cependant. Pour les muffins, j'avais tous les ingrédients et une recette trouvée sur le net. Le rayon de soleil de fin d'après-midi a rendu le goûter parfait !

  • ChoColat(S)

    DSC09489

    DSC09490

    DSC09495

    DSC09499

    DSC09500

    DSC09501

    Noir, au lait, blanc, aux noisettes, au praliné, aux céréales, ganache, amandes, pistaches... la récolte a été bonne, cette année.
    Joyeuses Pâques !

  • Puissance Tortues

    DSC09464

    DSC09465

    DSC09469

    Victor est fan de Super Héros. Il lui manquait dans sa panoplie le célèbre quatuor : les Tortues Ninja ! Après avoir cherché quelques modèles inspirants sur Pinterest et pris les mensurations de la charmante bouille, j'ai donc coupé et cousu quatre masques dans la feutrine adéquate. Attention, ne pas se tromper sur les couleurs ! Entre Leonardo et Raphael, je perds quand même les pédales mais le principal intéressé avait l'air bien au fait et a dévoré ses lasagnes sous les traits de Michelangelo. J'ai glissé dans la valisette une boîte de pansements Comics ; sait-on jamais, on peut se faire un petit bobo en voulant sauver la planète !

  • Sea, Kids & Sun

    DSC09411DSC09410DSC09422

    Un bol d'air frais et salé, du soleil, les pieds dans l'eau (gelée) et les premières glaces sucrées, quelques balades en vélo, le long de la Côte, un roman dans la semaine (dingue !).
    Les vacances...

  • La veste Poulbot

    DSC09376DSC09378DSC09386

    Il y a parfois des commandes spéciales, qui traînent un peu faute de temps et de matériel adéquat. Cette veste militaire arborant un Poulbot dans le dos devait se faire pour Noël. Le canevas n'a pas été si facile à trouver, et pourtant j'en ai croisé des dizaines au cours de mes expéditions Emmaüs... Le voici donc bien fixé, auréolé d'un passepoil doré. C'est le kitsch assuré, assumé. Yapluka l'offrir, et le voir porté ! 

  • Eole

    DSC09309

    DSC09312

    DSC09316

    DSC09308

    Eole est arrivé hier soir, porté par les bourrasques ensoleillées de la journée. Il aimera voyager, c'est certain. Entre la France et l'Espagne, pour commencer, puis bien au-delà, je l'y vois déjà. Pour le moment, il reste bien sagement dans les bras de sa mère, puis s'endort dans ceux de son père, essaie ceux de ses oncles, tantes et grands-parents... et découvre peu à peu le monde qui l'entoure. Plein d'Amour.

  • Une cuisse de poulet !

    DSC09294

    Il est parfois des lubies qu'il faut vite réaliser. Pour la petite histoire, l'idée m'est venue lors d'un déjeuner familial qui regroupait à la même table adultes, enfants et nourrissons. Andrée, quelques mois à peine, tentait avidement de saisir la cuisse de poulet de sa mère alors même que celle-ci lui mettait en bouche la purée qui lui était destinée. Il reste encore quelques mois avant que ladite cuisse soit effectivement remise à la petite Andrée ; cette cuisse crochetée lui permettra donc de se préparer à l'aventure !
    Crochet + cuisse de poulet = double défi ! Je n'ai pas l'habitude crocheter ; j'ai cherché un modèle à tricoter, mais RAS. J'ai trouvé celui-ci sur Pinterest, il a bien fallu s'y mettre. C'est pourtant si agréable et facile qu'il me vient déjà d'autres idées...

  • Whouaaa ! la Jupe en Wax

    DSC09273DSC09275DSC09276

    Faire du neuf avec de la récup, c'est une façon de faire qui, vraiment, a tout pour me plaire. Ce coupon de wax date un peu; c'est Maria qui me l'avait rapporté de l'un de ses voyages, il y a maintenant presque une vingtaine d'années. Une fermeture éclair, un gros bouton nacré, et le modèle de Vanessa Pouzet fait encore des merveilles ! Cadeau d'anniversaire parfait pour une Môman parfaite, en attendant un peu plus de soleil afin de sortir les gambettes.

  • Joséphine

    DSC09169DSC09170DSC09171DSC09172DSC09173

    Joséphine est née la même nuit qu'Alice, à quelques heures près, à quelques pâtés de maison. Elle a, comme le dit si bien sa maman, la chevelure d'un bébé hérisson, bien brune, si douce. Elle fait évidemment le bonheur de ses parents et de son petit frère. Née sous le signe du Japon, il lui fallait une box à la fois graphique et nature, home made, cela va sans dire. Le choix s'est porté sur Clotaire le coucou, inspiré par un numéro de Marie Claire Idées, auquel j'ai noué une écharpe de soie que Colombe m'avait rapportée du Japon, augmenté d'un bavoir et d'un lange, le tout bien rangé dans une valisette dénichée à Monop'. Joséphine a ouvert les yeux lors de notre visite. Petit miracle. Et jolie bobine !

  • Alice

    DSC09074DSC09075

    DSC09062DSC09061
    Alice est née il y a quelques jours à peine. Elle a le teint de sa maman et les oreilles de son papa, elle est évidemment la plus ravissante, la plus jolie, la plus chérie, et rejoint en ceci le club des cousines, désormais bien nommé "Le club des 3 A". Il lui fallait un cadeau chic, et donc une série d'accessoires en véritable Toile de Jouy : ballerines doublées de feutrine, coussin et lange en coton bio sur lequel se détache un angelot, le tout complété par un bavoir. Présentés dans deux valisettes achetées au Monop', ça claque, même si la Miss n'a ouvert les yeux qu'une fraction de seconde aujourd'hui... Trop de love.

  • Le Pyjama de soirée

    DSC09070


    DSC09069


    DSC09072

    Après un looooong standing by dans la pièce à vivre, machine et table à repasser grandes ouvertes, bobines de fils et aiguilles dans tous les coins, le pyjama est enfin terminé ! J'avais trouvé le patron, gratuit, sur le site de Make My Lemonade, et acheté du tissu à Noël : une "inspiration" Toile de Jouy bien fluo pour le haut et un tissu à pois argentés pour le bas. Après avoir laborieusement assemblé toutes les feuilles du patron les unes aux autres et découpé la taille qui m'allait, la réalisation du pyjama n'a pas été sans mal. La vidéo de MML est bien faite mais il faut sans cesse revenir en arrière pour ne pas louper une étape. Mention spéciale à la pause du passepoil sur toute la veste : vu le temps que j'y ai passé, j'aurais pu, pour le même prix, me faire une veste de tailleur. Mais ce sera peut-être le sujet d'une autre histoire ! Me voilà donc fin prête à dormir avec.
    Il est si beau que je n'ose pas l'enfiler...

  • Les GROS muffins aux pépites de chocolat

    DSC08990

    DSC08994

    DSC08996

    Comme une envie de mega-super-gros muffins, un peu comme ceux qu'on trouve dans les Star***s mais qui, une fois en bouche, sont quand même un peu lourds. Après avoir cherché moultes recettes sur le net, j'ai jeté mon dévolu sur celle de Valérie, qui propose les fameux muffins à la myrtille. Comme je n'aime pas beaucoup suivre les recettes à la lettre, mais surtout parce que je n'avais pas de myrtilles dans mes placards, je n'ai pas pu m'empêcher de la re-visiter à mon goût. Le petit plus super top, c'est le crumble on the top, qui croustille un peu ; je l'ai gardé. Nous disions donc :

    Pour 6 gros muffins + 6 petits
    Pour le crumble
    30 g de farine
    2 cuillères à soupe de cassonade
    20 g de beurre froid coupé en morceaux

    Mélanger la farine et le sucre puis ajouter le beurre froid coupé en petits morceaux et malaxer du bout des doigts jusqu'à obtenir une consistance sableuse. Mettre de côté.

    Pour les muffins
    100 g de beurre à température ambiante
    150 g de sucre en poudre
    2 œufs
    300 g de farine
    60 g de flocons d'avoine
    1 grosse pincée de vanille en poudre
    1 sachet de levure chimique
    1 grosse pincée de sel
    250 ml de lait
    100 g de pépites de chocolat

    Faire chauffer le four à 180°.
    Mélanger le beurre mou au sucre, ajouter les oeufs. Dans un autre récipient, mélanger la farine et la levure, les flocons d'avoine, la vanille, le sel et les pépites de chocolat. Ajouter le mélange sec au mélange "beurre-sucre-oeufs" en alternance avec le lait. Remplir les moules jusqu'en haut. Saupoudrer du crumble, ajouter deux trois grosses pépites de chocolat sur le dessus. Enfourner 20 minutes pour les petits muffins et 25 minutes pour les gros. Ne démouler qu'une fois refroidi.

    Testés et approuvés par ici...

  • LE pull si DOUX

    DSC08982

    DSC08984

    DSC08981
    DSC08987

    J'en rêvais, L'Amoureux et we are knitters l'ont fait : j'ai reçu à Noël le fameux kit Nolita sweater, l'archétype du pull doux, réconfortant, moelleux, bref... A dream came true. Je m'attelle à la tâche avec entrain. Avec des aiguilles 15, ça monte vite ! Le dos, le devant. Et là j'ai eu un doute : ça me semble hyper court. J'attaque les manches. Idem. Dilemme. Textos aux copines tricoteuses, photos à l'appui ; mail au service client de WAK, réactif et rassurant ; réalisation, après coup, de l'échantillon pour savoir si je tricote à la bonne tension (ça c'est mal, on doit le faire avant !). Bon, bonne tension... Dilemme again et l'envie furieuse de le terminer avant la fin des grands froids et surtout avant d'aller visiter Mémé, histoire de me la crâner. J'ajoute finalement 10 rangs supplémentaires sur toutes les pièces : dos/devant/manches. Si ça s'étire, ça n'ira pas jusqu'aux genoux. Challenge au niveau du col : il faut reprendre des mailles dans l'existant, les monter. Petite victoire. Coutures. Faire gaffe, ne pas massacrer le travail déjà réalisé. Et là : naissance du pull, enfin, si beau, si doux. Au moment où les températures se mettent à radoucir... Mais ce n'est pas la météo qui va m'arrêter. J'arbore la Pièce avec fierté pour aller voir Mémé.

  • Les biscuits "Granola" maison

    DSC08973

    DSC08979

    Le temps froid et humide de ce dernier dimanche de janvier était parfait pour tester une nouvelle recette de biscuits. J'ai trouvé par hasard une liste de 13 goûters régressifs à cuisiner dans une newsletter de Marie Claire Idées. Et même s'il a été difficile de faire un choix, c'est la recette des Granola maison qui a emporté les suffrages... de l'Amoureux, qui voue un culte aux biscuits de ses années collège-lycée. Je n'ai pas réussi à les faire aussi jolis que "Maman ça déborde", mais, à l'unanimité, ils étaient au top ! Et pour ne pas en mettre partout, demain, dans la boîte à goûter, je les ai collés deux par deux. Des BN revisités, en somme. Re-miammiam, à n'en pas douter !

  • Le pyjama Renards

    DSC08936

    DSC08928


    DSC08930

    DSC08937

    DSC08944

    DSC08945

    Puisqu'avec ce froid, on n'est bien qu'à la maison, le petit défi du début d'année, c'est LE pyjama. J'avais prévu de m'en coudre un sur-mesure, trouvé gratis sur le site de Make My Lemonade. J'ai donc acheté un beau coupon de tissu chez Mondial Tissus, le biais, l'élastique... Et Eneki a, évidemment, voulu le sien, coupé dans cet adorable tissu "renards" (qu'il pensait phosphorescents dans la nuit !). Il a donc fallu dégoter le patron adéquat, cette fois, et là, il n'y avait que des Burda. J'avoue avoir eu un peu de mal à le déchiffrer, même si c'est le modèle "easy". C'est une question d'habitude, et MML est très forte pour faire des patrons très lisibles ; dès que j'en sors, je galère un peu. Bref, après quelques heures passées sur l'encolure et les parementures, on parvient à ce pyjama, qui fait de mon fils le plus classe des petits garçons passées 20h30. Parce qu'en journée, c'est pas tout à fait ça !

  • Le Arm knitting, vous connaissez ?

    IMG_9414

    Seize ateliers DIY HD

    Le « Arm Knitting » plus connu en France sous le nom de « tricot avec les bras », permet de réaliser en deux temps-trois mouvements d’énormes plaids, écharpes/cols ou autres doudous indispensables pour affronter le froid et donner une ambiance cocooning ET stylée à son intérieur ! Afin de réaliser les pièces les plus fastoches et les plus dingues à la fois, Seize propose des ateliers de trois heures pour initier les tricot addicts et débutants à cette nouvelle technique qui fait fureur sur la toile depuis plusieurs semaines ! Armée d’une pelote d’un kilo (!), 100% mérinos, et de ses deux bras en guise d’aiguilles, chacune s’attèlera à la réalisation de sa couverture d’intérieur dans une ambiance qui, en plus d’être conviviale, promet d’être assez comique !
    Seize, nouveau temple du « Do It Yourself », a ouvert depuis octobre 2016 au cœur du quartier d’Oberkampf. On s’y retrouve à n’importe quel moment de la journée, principalement autour d’une activité manuelle, créative et ludique, pour décompresser, apprendre, rire et faire de nouvelles rencontres. Seize est aussi une boutique qui propose une sélection inédite de créateurs dont le seul crédo est de tout faire main, avec passion. On aime !
    Je ne me fais jamais le relais de communiqués de presse, et j'en reçois pourtant souvent. Mais là, j'avoue que j'ai craqué pour cette magnifique photographie car je suis fan absolue de très grosse laine et assez curieuse de cette nouvelle technique. Je transmets donc avec plaisir ce nouveau spot à tricot. J'ai, de mon côté, cherché des boutiques pour acheter de tels écheveaux, sans succès ; alors si vous avez des adresses, je suis preneuse.

    80€ l’atelier de 3 heures, matériel inclus et goûter offert. C'est certain, ça fait un petit budget, mais vu le prix de la laine, c'est pas si dingue. Toutes les infos sur www.seizeparis.com.

     
  • Le duo "pochette + compo" de Jojo

    DSC08613

    DSC08611

     

    DSC08616

     

    DSC08612

    Le pater est sans doute la figure la plus compliquée à satisfaire. C'est sur lui que nous bloquons tous les ans. A part des kilos de thés et de chocolat, il est difficile de trouver de nouvelles bonnes idées. Cette année, on prend sur soi, donc, et comme le handmade est le thème que je me suis fixé, pas question de déroger à la règle. Une petite composition réalisée à partir d'une vieille photographie achetée sur une brocante, agrémentée de transferts vintage, le tout sur un fond de papier trouvé dans un vieux numéro de Flow, et on obtient une image d'Epinal qui fait écho aux dernières aventures familiales. Une pochette en toile robuste, pour compléter : ça servira toujours à ranger quelques papiers ou crayons, voire quelques chocolats, le cas échéant. Est-ce que ça a fait mouche ? La frénésie du déballage collectif ne l'a pas dit. C'était, en tout cas, réalisé avec amour.

  • La pochette de Miss Cha

    dsc08606

    dsc08607

    dsc08609

    Elle est douce, elle est stylée, elle est adorablement rétro, on pourrait avec ces mots parler de Miss Cha, mais c'est bien de sa pochette qu'il s'agit là. La dernière fois, l'unique exemplaire lui a filé sous le nez, il fallait donc en refaire une pour réparer la déception de ne pas avoir sous le bras ce sac doudou, si doux si doux. Avec ce temps, on aimerait se l'enfiler sur la tête, cette pochette, mettre les pieds à l'intérieur, ou bien en coudre une aussi grande qu'une housse de couette. Bref, c'est la pochette de Miss Cha, faux mouton/vrai coton, système d'ouverture en croquet doré. Elle l'a adoptée.

  • Les botillons d'Andrée

    dsc08629

    dsc08632

    En feutre tout doux et tout chaud, les bottillons d'Andrée ont été réalisés d'après le patron des Intemporels pour bébés. Si les modèles du livre, très jolis, sont assez classiques, il suffit parfois de choisir des tissus ou des couleurs un peu décalés pour les rendre un peu plus rock'nd roll ! J'ai choisi un coupon de feutre noir, cousu avec un fil argenté, réhaussé de boutons de tissus orange. Bien rangés dans une boîte en carton Petit Pan, ils étaient parfaits pour les pieds de la petite Cendrillon.

  • 2017

    dsc08843

    dsc08845

    dsc08848

    Ne prenons pas (trop) de résolutions, il faudrait ensuite les tenir ; ne souhaitons pas uniquement du bonheur, de l'amour, il serait difficile d'être constant les 365 prochains jours ; essayons peut-être simplement d'être heureux, comme on est, avec ce qu'on a, en profitant des petits bonheurs qui nous entourent et en ne nous décourageant pas des accrocs qui arrivent, ça et là. Faisons au mieux, soyons nous, soyons là. 

  • Les plantations de famille

    dsc08705

    dsc08707

    dsc08718

    dsc08720

    dsc08721

    dsc08726

    dsc08715

    dsc08736

    Entre deux réveillons, il faut songer au patrimoine du Crozet. C'est le moment de planter pommiers et châtaigniers pour les générations futures, en espérant que les arbres donneront leurs premiers fruits dans les années à venir, que les tartes aux pommes et les soirées châtaignes seront au rendez-vous à la Bonette ! Il faut un bon terrain, bien exposé, de grands trous carrés (!), un savant mélange de terreau/fumier, des tuteurs solides, un niveau pour que le tout pousse bien droit, et deux grands costauds pour creuser/taper/reboucher et braver le froid et l'humidité. Il faudra arroser tous les jours, cet été, et espérer que la Nature fasse le reste. Il y a quelques années, déjà, avec mes frères, nous avions "jeté" des glands dans des rangées de trous, sur un des prés de Pépé. Aujourd'hui, certains arbres, déjà grands, sont gravés des prénoms de nos enfants. C'est une histoire qui se transmet de génération en génération...

  • La veste de la Madre

    dsc08622

    dsc08624

    dsc08625

    Maintenant que Noël est passé, je peux enfin dévoiler les travaux de couture de la Belette ! Totale recup', la veste Bernadette a été entièrement réalisée dans un "vieux" tissu adoré : les traversins d'Amachi. Vous savez, ces taies d'oreillers longues et que plus personne n'utilise. J'ai d'ailleurs conservé les coutures des extrémités pour les manches. Elles étaient travaillées à la manière de broderies faites main. Pour la doublure, une pièce de lainage fin qui m'avait été offert par Allison. L'étiquette "La Belette" en guise de finition : ça en jette ! C'est une veste qui a son histoire, et c'est comme ceci qu'on les aime, dans la famille !

  • Noël 2016, instantanés

    dsc08660

    dsc08639

    dsc08670

    dsc08664

    Vestiges de Noël : les biscuits maison en guise de marque-place, l'apéro au champagne dans l'atelier du pater artiste, le saumon de Barthouil, inégalable et à ce jour jamais inégalé, les cerfs habillés d'écheveaux de coton et de guirlandes lumineuses... Nous avons tellement profité des uns et des autres, toutes générations confondues, que l'appareil photo est resté sur un coin de table. C'était bon, de savourer l'instant présent...

  • Les biscuits de Noël : la recette

    dsc08594

    dsc08595

    dsc08596

    dsc08597

    dsc08600

    dsc08602
    dsc08603

    dsc08605


    C'est un rituel, chaque année : les biscuits de Noël. Dans ce "trop de tout", on apprécie toujours la simplicité de ces biscuits moelleux ou croquants, parfumés ou non, aux formes multiples. C'est aussi l'occasion de passer un bon moment avec les enfants, qui bien souvent mangent la moitié de la pâte avant même qu'elle ne passe au four...
    C'est année, je teste une nouvelle recette, notée sur un cahier (mais impossible de savoir où je l'ai trouvée). Il faut donc :
    - 1 oeuf
    - 120 gros de sucre
    - 1 pincée de sel
    - 1 cuillère de vanille/cannelle/fleur d'oranger (au choix)
    - 250 gros de farine
    - 125 gros de beurre mou
    Fouetter le sucre avec l'oeuf, l'arôme choisi et le sel, puis ajouter la farine et le beurre. Pétrir 5 minutes jusqu'à former une boule compacte. La laisser reposer au réfrigérateur un quart d'heure. Puis l'étaler sur une épaisseur de 3mm environ. Faire des formes avec des emportes-pièces. Cuire 10 minutes environ à 180°. Laisser refroidir. Ou pas. Décorer, si on est très gourmand, de chocolat... Déguster avec un bon thé, au coin du feu, entre deux repas, à l'heure du goûter, à la pause café...