Le blog de la Belette

  • La marchande de légumes (tricotés)

    dsc07721

    dsc07728

    La semaine dernière, l'adorable Jeanne m'a commandé quelques légumes pour jouer à la marchande, et bien certainement à la dinette : une carotte, une cosse de petits pois et un radis. La commande était précise. J'étais touchée. J'ai donc tricoté des légumes toute la semaine dans le RER pour être prête le samedi. Je crois qu'elle était ravie ; elle les a passés en caisse une centaine de fois dans la soirée. J'ai désormais une commande de chou-fleur à tricoter. De quoi surprendre, cette semaine encore, les voyageurs du RERB.

  • Petits pois pois pois

    dsc07680

    dsc07682

    dsc07685

    Fini, le petit bavoir en toile cirée ! Faut dire que les enfants ont grandi et que les nouveaux bébés n'en sont pas encore aux compotes et purées. Je vous attends de pied ferme, Andrée, Alban, Éléonore... 

  • Barres de céréales "maison"

    dsc07702

    dsc07716dsc07707dsc07705

    Il suffit parfois d'un prétexte pour tester de nouvelles recettes : le miel acheté à l'Abbaye de Port-Royal, le retour du froid ou encore le peu d'appétit de Léandre le matin étaient autant de raisons à se lancer dans la fabrication de barres de céréales maison. J'ai opté pour la recette de Mercotte, simple et rapide : du miel, du beurre, du sucre, des fruits secs et des flocons de blé que j'ai remplacés par des flocons d'avoine, parce que j'en avais sous la main. Je manque peut-être encore un peu de pratique : les céréales "du bord" se sont émiettées et ont fini en granola à grignoter. Pour le reste, j'ai découpé et emballé une douzaine de barres de céréales "maison" pour les petits coups de barre du matin et les goûters de la semaine.
    Vivement lundi !

  • Le sweat brodé

    dsc07676-2

    Version 2

    dsc07617

    dsc07673
    J'avais un col en dentelle, crocheté par ma grand-mère. Qu'en faire ? Il était parfait pour adoucir ce sweat tout gris. Mais une fois cousu sur le col en jersey, j'ai eu envie de prolonger un peu et de broder avec un fil argenté : une tasse, d'abord, puis "No milk today" ensuite. Ne me demandez pas pourquoi, c'est venu comme ça. La chanson, peut-être. C'est le sweat de la rentrée, que je serai heureuse d'enfiler quand les matins et les soirées seront plus frais, ou quand j'aurai envie de partir travailler en pyjama en sweat brodé.

  • Lettre à Lise

    DSC07633

    Chère Lise,

    Toi qui me lis tous les jours (ou presque), depuis le début des aventures de la Belette ; toi qui t'étonnes de ne plus voir d'articles sur le blog depuis quelques temps (même en rafraîchissant trois fois la page) ; toi qui pourtant me donnes, chaque été, une petite boîte de boutons, comme une promesse de nouvelles créations à venir... Sache que mes projets professionnels ont été très prenants, ces derniers temps, et que l'inspiration, à 22h, n'est plus toujours au rendez-vous. Mais La Belette me manque, à moi aussi, et j'ai commencé, hier soir, par ranger mon bureau, mes tissus, mes bobines de fil, mes cahiers de notes et d'idées. J'ai retrouvé des projets en cours et non achevés, faute de temps, d'envie, de rubans. J'ai retrouvé l'envie de finir ce que j'avais commencé avant de me lancer dans de nouveaux défis : couture, tricot, custom'. Je m'engage donc à achever trois séries de projets divers les semaines à venir : une couronne de mariée, des écussons à border, un col en dentelle à fixer, des accessoires en toile cirée à broder de biais... Petit à petit, de nouvelles idées, de petits projets.

    De quoi te rassasier, je l'espère. Je t'embrasse fort.

    La Belette

  • Et le vieux sac devient neuf !

    DSC07610

    DSC07602

    DSC07603

    DSC07608

    DSC07609

    C'était un "vieux" sac en cuir gris, mais de taille parfaite : ni trop grand ni trop petit. Je l'ai retrouvé en rangeant mes affaires - Konmari style, on n'y échappe pas - et j'ai eu envie de lui donner une seconde vie. Un petit pot de peinture pour cuir, couleur argent, un pinceau brosse, et en une soirée, il a retrouvé le droit de sortir du placard. Exit petites taches et cuir abîmé, on ne voit plus que l'argent briller !

  • Le Crozet, instants choisis #3

    DSC07340

    DSC07264

    DSC07266

    DSC07280

    DSC07307

    DSC07311

    DSC07457

    Finir les vacances à Marboz, c'est un peu comme la cerise sur le gâteau. La campagne, surtout en été, est magnifique : des odeurs de regain, des chants d'oiseaux (et de pintades), des fruits à picorer dans le jardin, les glaces au chocolat de Mémé, les balades le soir aux Tronchailles... Et des gestes qui se transmettre de génération en génération. Une certaine idée rêvée du retour à la nature. De quoi se ressourcer complètement avant la reprise. 

  • La brocante de Roissiat

    DSC07335DSC07337

    DSC07339

    L'été, c'est le temps des brocantes. Et le 15 août, c'est le jour de LA brocante : celle de Roissiat, adorable petit village au pied des contreforts du Jura. Dans les rues de pierres, les étals se succèdent. Parmi vieilleries et antiquités, on déniche toujours l'objet "indispensable". Cette année, j'ai craqué pour des brocs à eau rose et deux paires de gants en cuir, qui complèteront parfaitement mon début de collection. Plus qu'à briquer un peu tout ça pour enlever poussière et terre. J'ai quand même été hyper raisonnable...

  • L'agenda de rentrée

    DSC07232

    DSC07215

    DSC07219

    DSC07223

    DSC07224

    DSC07230

    DSC07231

    C'est un rituel auquel je ne déroge jamais : chaque été, je réalise mon agenda de la rentrée. Cela me rappelle le choix des fournitures quand j'étais plus jeune, que j'adorais retourner à l'école après deux mois d'été... et que je n'avais pas trois listes de fournitures à acheter désormais ! Je commence donc par acheter un agenda très simple ; seul impératif : qu'il y ait les fêtes à souhaiter toute l'année à l'intérieur. Puis je fouille dans mes revues, mes photos, mes stickers, les jolis papiers de chocolat ou encore les tickets de métro utilisés à l'étranger, bref, tout ce qui me rappellera de bons souvenirs dans l'année. La semaine dernière, j'ai déniché quelques cartes postales vintage sur une petite brocante de Montalivet, et je jette mon dévolu sur l'une d'elles. Je retrouve un papier japonais, m'amuse à découper des lapins et des fleurs que je replace sur la photo choisie. Je colle tout sur l'agenda dépourvu de sa vilaine couverture en plastique, et une fois que je suis satisfaite de ma composition, je plastifie avec un morceau de plastique autocollant.
    Tadaaaaam ! Unique et original, mon agenda me rappellera toute l'année mes vacances au bord de l'océan et mon goût pour la brocante. 

  • Pays basque, instants choisis #2

    DSC07189.JPG

    Nous étions "perdus" dans les collines basques, entre les brebis et les chevaux, sur la route du fromage, région de l'Ossau-Iraty par excellence. Randonnées, dégustations de gâteaux à la confiture de cerise, de fromage de brebis, de vins d'Irouleguy, balade entre France et Espagne via le chemin des contrebandiers, parties de pelote et concert d'orgue... cette étape était verdoyante et idyllique. Elle s'est terminée par une fiesta familiale mémorable. Agur !

  • Andrée

    DSC06657

    DSC06659

    DSC06660

    DSC06661

    DSC06665

    DSC06667

    Andrée est née la semaine dernière. Avec un peu d'avance. Les parents n'étaient pas tout à fait prêts. Mais le cadeau de la Belette, si ! J'avais déjà tellement hâte de la gâter. J'ai imaginé une série de valisettes remplies de petits cadeaux : des langes, des bavoirs, tout beaux tout bio, mais aussi des livres, dont le First Look de Komagata, conçu pour le nourrisson. Et puis quelques robes qu'on se transmet dans la famille : celles que je portais, puis que ma fille a mises et qu'Andrée portera, peut-être, cet été. Jolie petite poupée.

  • Sifnos, instants choisis #1

    DSC06558.JPG

    Plus que de simples vacances, elles sont devenues de vraies retrouvailles, ces journées passées à Sifnos. Nous revenons cette année encore, et retrouvons Margarita, qui nous accueille avec chaleur et discrétion, Yanis le boulanger qui nous raconte tant de choses en grec, que je ne comprends pas, Katerine qui nous apporte avec sourire de quoi reprendre quelques forces, à midi. Et puis l'échoppe à souvlakis, la taverne qui sent bon le poisson, les balades sur la plage, tard le soir, et les baignades dans la mer à peine fraîche, le matin, avant même de boire un café. Le ciel bleu, le soleil, le bruit des vagues, le bonheur de lire, de rêvasser, de faire une pause. Repos. Paradis. Oui, paradis.

  • Langes retro

    DSC06313DSC06315DSC06316DSC06317

    On a toujours besoin d'un lange qui permet d'essuyer les petites bavouilles du bébé. On le glisse dans un sac, sous la poussette, il peut même devenir, à l'usage, un doudou. Ceux-ci sont en nid d'abeille bio, doublés de coton rétro récupérés dans les placards de ma grand-mère. Et déjà réservés pour le prochain bébé !

  • Léonie

    DSC06318.jpg

    Celui-ci est pour Léonie, d'à peine un jour. Pas plus haute que trois pommes malgré un prénom de bébé lionne, elle lui faudra grandir un peu avant de pouvoir goûter aux productions locales de la région. Tous mes voeux de bonheur aux jeunes parents !

  • Farniente

    DSC06322DSC06325

    On cherche le soleil, entre deux nuages, on tente le farniente, entre deux choses à faire et trois demandes d'enfant. On attend les vacances, qui approchent... C'est dimanche.

  • La broderie Power

    DSC06265

    DSC06266

    DSC06267

    Il fallait bien ça : un écusson brodé pour affronter le départ et fêter cette nouvelle aventure ! Il me faudra plus de lignes pour tout vous raconter - l'entrepreneuriat social, les projets culturels, ma formidable associée... - et je le ferai. Toujours est-il qu'aujourd'hui j'avais à coeur de peaufiner cette "décoration" remise à Miss Stéphanie lors de son départ de la Grande institution. Du fil d'argent, un "emoticon" approprié, un peu d'humour et beaucoup d'effet. Y'a plus qu'à... 

  • Une robe de bal ou de mariée ?

    DSC06224.jpg

    DSC06229.jpg

    Tous les mercredis soirs, nous avons rendez-vous "couture". Il s'agit de recycler/réutiliser/voir les choses sous un autre angle, en somme. Bien souvent, les idées fusent, les ciseaux s'emballent, et chacune se plonge dans la réhabilitation de son vêtement.

    Frédérique nous a proposé un projet (fou), celui de concevoir une exposition. Il fallait un thème, un fil directeur ; nous avons choisi le conte, car chacun a en tête une histoire, un personnage, une morale. Pour rendre le projet plus rock&roll, nous avons décidé de créer un carambolages de contes de fées : personnages, attributs symboliques, objets, ambiance seraient imbriqués les uns dans les autres. Toujours est-il qu'il faut commencer à coudre, broder, bricoler et avoir de nombreuses idées.

    C'est bien par hasard que j'ai jeté mon dévolu sur cette nuisette toute légère et surannée. Il y avait dans un sac, sur la table, des disques de toile écrue. J'en ai fait des fleurs. Peu à peu cousues sur l'encolure. Elle pourrait être une robe de soirée, une robe de mariée, celle d'une princesse égarée. Que sais-je. Elle me fait penser à tout cela à la fois et la lumière, ce soir, était parfaite pour la photographier.

  • Bonne fête, Maman !

    DSC03647
    La Belette, c'est ainsi que m'appelait et m'appelle encore si affectueusement ma maman. Je n'ai pas trouvé de surnoms aussi atypiques pour mes enfants. On se creuse les méninges des mois entiers pour leur trouver un prénom et puis on leur donne un petit nom tendre qui les suit longtemps. Je ne vais pas épiloguer des lignes et des lignes sur le bonheur et la difficulté d'être maman. Aujourd'hui, j'ai eu un croissant, des poèmes et des petits cadeaux faits avec amour. C'était bon, c'était doux. Ils sont capables d'être pénibles et choux dans la même minute, je les surkiffe, c'est tout !

  • Succulentes et feutrine

    DSC05782DSC05784DSC05785DSC05786

    Ce fut bref, ce grand jour de soleil ! Alors on a sorti les succulentes pour leur faire prendre l'air. Avant le retour de la pluie, grise et froide... A quand l'été ? le printemps ? quelques degrés supplémentaires ?

  • Campbells' soup

    DSC06050.jpg

    C'est une boîte de soupe à la tomate achetée dans un supermarché new-yorkais. On y voit forcément une allusion à Warhol et ses Campbells'. On a forcément envie d'en faire quelque chose. Genre, un Warhol. Il suffisait d'une boîte vitrée Ikea, d'un fond un peu rétro trouvé dans les pages du dernier Flow magazine, et de la boîte en question, fixée au fond par une bonne boule de Patafix. C'est un clin d'oeil qui fera office de cadeau d'anniversaire. En cas de disette, un soir de semaine, brisez la glace.

  • New York, I miss You #4

    DSC06023.jpg

    Le Jour #4 est aussi le dernier... Nous décidons de faire quelques emplettes pour les enfants sur la Cinquième Avenue : Nike TownLego et la grande boutique Nintendo feront (ont fait, d'ailleurs) des heureux ! J'en profite pour aller au MoMA, sur notre lancée : entre les expositions temporaires et les collections permanentes, le podomètre s'emballe. Nous sommes encore prêts à arpenter quelques blocks pour déjeuner des (meilleurs ?) hot-dogs de NYC : c'est dans le Grand Central Terminal que ça se passe. Cette gare immense se visite et ressemble presque à une petite ville, tant il y a de boutiques et de monde. Il y a la queue chez Shake Shack mais le hot-dog servi avec des frites au fromage en vaut la peine. D'ailleurs, il vaut mieux ne pas avoir de grand sujet de discussion à l'heure du déjeuner, tant il y a de bruit dans ce hall ! Nous marchons ensuite jusqu'à Union Square Park, croisons l'incroyable Flatiron Building qui semble fait de carton pâte, et finissons l'après-midi par une dernière séance de shopping : Fishs Eddy pour redécorer la maison, OMG où l'on trouve deux jeans pour le prix d'un, et un tour chez Duane Read pour faire le plein de cosmétiques écolo Burt's Bees. Nous ne pourrons pas, ce jour, atteindre les 20 kms à pied dans la journée, car il est temps de rejoindre l'hôtel pour repartir à l'aéroport.

    Il nous faudra donc revenir pour découvrir Harlem, le Bronx, le Queens, quelques plages... Un beau programme à venir, en somme.

  • JR, I love You #3

    DSC05919DSC05923 

    DSC05928 

    DSC05938 

     DSC05948  DSC05955

    DSC05975 

    DSC05981 DSC05983

    DSC05985 DSC05989 DSC05991

    DSC05998

    DSC06000

    DSC06005

    DSC06007 DSC06012  DSC06017 DSC06018

    DSC06022

    Le soleil brillait fort, le troisième jour. C'était parfait pour notre visite à Ellis Island, passage obligé par la Statue de la Liberté. Nous avions choisi la visite "décalée" de l'île : le Hard Hat Tour, qui permet de visiter les bâtiments laissés à l'abandon réinvestis par le travail très émouvant de l'artiste français JR. La visite - avec casques de chantier - est passionnante ; ne pas oublier de réviser son anglais avant tant il y a de détails à comprendre. De retour sur Manhattan, l'ascenseur émotionnel n'a pas fini de grimper sur le site du Ground Zero, sur lesquelles étaient érigées, avant 2001, les Twin Towers. Aujourd'hui, d'impressionnantes fontaines figurent leur emplacement. Emotion. Nous décidons de déjeuner dans le City Hall Park, tout en fleurs, avant de remonter encore quelques blocks pour atteindre les quartiers de Tribeca, Soho, Noho et Nolita. Le Drawing Center fait office de pause culturelle et la Thompson Street regorge de boutiques vintage. En arrivant à Greenwich village, nous nous arrêtons au Park West 4th Street pour regarder les joueurs de basket s'affronter dans les playgrounds, même si je craque plutôt pour les camionnettes à glaces. Dans la Bleecker Street, Murray's cheese, une incroyable boutique de fromages, côtoie Amy's Bread, une adorable bakery. La brioche à la cannelle et le café frappé seront parfaits pour le goûter. Puis direction le Chelsea market : dans ce marche couvert au look industriel, sont regroupées les meilleures enseignes alimentaires. On y trouve notamment The Lobster Place, qui propose un sandwich au homard accompagné d'un sachet de chips à déguster au comptoir. En toute simplicité ! On monte ensuite sur la High Line, cette ancienne voie ferrée aérienne a été réaménagée avec beaucoup de goût, pour profiter des derniers rayons du soleil. N'ayant pas encore atteint les 20 kms à pieds ce jour, nous filons jusqu'à Times Square à la nuit tombée. C'est une autre vie, une autre ville, des écrans, du bruit, la foule dans tous ses excès. Ça y est, nous en avons assez, il nous faut rentrer. Oh miracle, sur le chemin du retour, Minus Celsius croise notre route : on y prépare sous vos yeux des rouleaux de glace du parfum de votre choix. Si l'endroit ne paie pas de mine, l'expérience est divine ! 

  • Brooklyn, I love You #2

    DSC05867.JPG

    DSC05900.jpg

    Deux fois, nous sommes allés à New York, et pas une nous n'avions marché jusque Brooklyn. La journée #2 faisait donc partie de ma Wish List ! Nous avons débuté par le Botanic Garden, un vaste parc qui regroupe également quelques serres... et beaucoup de touristes japonais. Une bouffée d'air vert avant la pause déjeuner, chez Roberta's cette fois. A croire qu'il n'est point nécessaire de faire trop de pub à l'extérieur, car derrière ce pas de porte bien peu attrayant se cachent une immense salle au look industriel un peu vieilli et une production effrénée de pizzas (délicieuses !). Pour ne pas perdre le rythme de la balade, nous arpentons ensuite les rues alentours, découvrant du graf à tout coin de rue et des petites boutiques comme je les aime : Friends regroupe quelques pièces de créateurs actuels, Risk une sélection pointue de vintage et Fine and Raw du chocolat à n'en plus pouvoir respirer. D'un coup de métro, nous regagnons le "nord" de Brooklyn. Artists and Fleas market est un marché de créateurs plutôt chouette mais très touristique. Il est temps de (re)faire une pause et c'est un donught qu'il nous faut ! Nous sommes prêts à reprendre le métro pour goûter les meilleurs de Brooklyn, chez Dough, et le détour en vaut la peine. Il y a ce petit banc, devant la boutique, en plein soleil, qui le rend encore meilleur. Puis direction le bord de l'eau ; il nous faut retraverser le pont, à pieds cette fois, et il est long... De retour à Manhattan, l'épicerie fine Gourmet Garage fera l'affaire pour le dîner à l'hôtel. 20 kms à pieds, ça use les souliers...

  • New York, I love You #1

    DSC05829DSC05831DSC05832DSC05834

    Nous voilà de retour dans la grisaille et le froid parisiens après avoir passé quatre jours extraordinaires et printaniers dans la Big Apple. Nous avions déjà visité cette ville incroyable en 2002 et 2009 ; nous avons donc décidé, cette fois, de laisser de côté les incontournables sites touristiques pour arpenter les rues à la recherche de nouvelles adresses. Pari gagné : 80 kms à pieds en à peine 4 jours et quelques découvertes, dans la foulée, si vous avez l'occasion de vous y envoler ! 

    Le premier jour, mon appareil m'a joué un tour. J'ai donc marché toute la journée sans pouvoir prendre une seule photo de notre parcours. Je n'ai pas manqué, le lendemain, de garder trace de notre "quartier", à la lisière de Chinatown : en sortant de l'hôtel, nous sommes passés, chaque jour, entre les cartons de légumes et de poissons destinés aux restaurants du coin, avons croisé le camion des pompiers et l'imposante façade d'Obey. Cette première journée, donc, nous avons pris le métro et sommes directement allés au Guggenheim Museum - quelle chance : l'expo Fischli and Weiss était prolongée - puis, en descendant quelques blocks, nous avons visité le MET qui présentait notamment une série d'oeuvres non terminées. Pour le déjeuner, il nous fallait du burger hype et c'est dans le hall du Parker Meridien que la bonne adresse est secrètement gardée : le Burger Joint se cache derrière un grand rideau mais une fois passée la petite porte, c'est dans une ambiance très animée qu'on mange un des meilleurs burgers de NY. Requinqués, nous avons descendu Broadway, l'Amoureux ayant quelques emplettes à faire au NBA store. Trop de bruit et trop de foule nous ont pourtant poussés à reprendre le métro jusque Canal Street qui marque la frontière du charmant quartier de Soho, plus calme, plus huppé, mais néanmoins animé. Une pause chez Olive's s'imposait : lemonade et cookies maison, à avaler sur le pas de la porte en regardant les badauds passer. Le temps de marcher encore jusqu'à Chinatown et l'envie de dîner (et de s'asseoir !) était déjà là : le Egg Shop était l'endroit parfait après cette longue journée. 20 kms à pieds au compteur. Jour #2 à venir.

  • Street bavoir

    DSC05577.jpg

    Ce bavoir aux airs de street art était pour Owen, un petit garçon que je ne connais pas mais qui va être sacrément stylé en buvant son biberon, je n'en doute pas !

    C'est l'occasion, sans transition, de vous signaler que je m'envole quelques jours vers la Grande Pomme. Au programme : expos, burgers et repos relatif, puisque l'expérience londonienne a prouvé que le trek citadin, c'est éreintant, finalement. Je vous promets donc, à mon retour, un reportage en bonne et due forme ! 

  • Tulipes du marché

    DSC05787.jpg

    Le soleil peine à percer, la chaleur ne parvient pas encore à nous inviter à rester dehors. Je repousse donc encore une fois la première tonte de pelouse (un de mes kiff quand il fait beau). Et je me console avec ce bouquet de tulipes acheté chez ma petite productrice de fleurs préférée sur le marché. Elles amènent un peu de chaleur dans la maison, en attendant les vrais beaux jours.

  • Teinture végétale

    DSC05824.jpg

    Lire la suite

  • Brocante de printemps

    DSC05766

    DSC05770

    DSC05772

    Ce dimanche doux et ensoleillé a sonné le début des brocantes, ici et là. Que de monde dans l'allée pour traquer la bonne affaire. Suis-je plus difficile ou alors le choix était-il moins alléchant ? Toujours est-il que je n'ai pas trouvé grand chose, ce matin, mais ne pouvais décemment pas repartir les mains vides. Cette jolie cloche en verre était parfaite(ment inutile) ! J'ai acheté en sus deux succulentes, pour remplacer celles que Panpan, alors en manque de printemps, avait croqué. Histoire de la mettre en scène, j'ai testé la recette de gâteau à la betterave tirée du très chouette livre Les nouveaux gâteaux au yaourt. Sur l'assiette vintage colorisée par Miss Stéphanie, alias Marie Lloyd, ma cloche était absolument parfaite !

  • Photographies brodées d'histoires

    DSC05749

    DSC05753DSC05752DSC05758DSC05760DSC05761DSC05762DSC05763

    Lors d'une escapade à Avignon, j'avais acheté ce lot de vieilles photos sur une brocante de quartier. Certaines ont déjà fait l'objet de collages à partir de décalcomanies trouvées au même endroit. Il me restait celles-ci et l'envie de me raconter d'autres histoires. De fil en aiguille, j'ai eu envie de broder ces images anciennes : du fil argenté dans les jets d'eau, sur la rivière ou le lac ; une silhouette sur le macadam, qui semble retenir l'attention des passants amassés sur le bord de la route ; une inscription à la bombe sur le muret de cette jolie demeure... Ou comment redonner une autre histoire à ces photos vieillies et anonymes.

  • Boots dorées

    DSC05710
    DSC05701
    DSC05700 DSC05704DSC05703
    DSC05709DSC05712DSC05713DSC05718

    C'est ma paire de boots préférée, et pourtant il lui manquait un petit "je ne sais quoi" pour la rebooster un peu. En rangeant, je suis tombée sur une boîte de copeaux à dorer, jamais utilisée. Le flash ! Après avoir vernis puis bien essuyées mes chaussures, j'ai appliqué de la colle forte (Néoprène, ici, mais peut-être une colle vernis ou colle à bois serait-elle plus adaptée, sur le cuir), avec un pinceau, sur divers endroits de la bottine. Et j'ai posé les copeaux jusqu'à les coller complètement. Prise dans mon élan, j'ai fini par vider la boîte sur les zones de colle. Il y avait des copeaux partout, sur le bureau et au sol, assez magique, carrément magnifique, hyper volatiles, ces copeaux, que je retrouve encore sous les meubles... Une fois que tout a séché, j'ai appliqué un imperméabilisant, histoire de fixer le tout. Avec le temps et l'usure, les plaques dorées vont finir par se patiner. J'en remettrai peut-être une couche (d'or). En attendant, on regarde mes pieds, quand je vais me promener. On devrait toujours avoir une paire de chaussures dorées les jours où on a une sale tête !