• Une fille à billes


    Ma fille préfère les billes aux perles... Qu'à cela ne tienne, elle a quand même la délicatesse de me réclamer une trousse en toile cirée absolument rétro pour y ranger billes de verre et calots. J'ai encore trouvé quelques jolis coupons chez Articopop : il y aura de la trousse de toilette et de la pochette délicieusement vintage dans les jours à venir...

  • Mini sacoche

    Parfois, les objets les plus simples ont besoin d'un traitement de faveur. C'est la réflexion que je me fais chaque matin quand je prends le train et que je sors mes tickets de RER de mon sac. Ils sont confinés dans une affreuse petite pochette en plastique abîmée. Alors hier soir, j'ai pris un morceau de cuir, du fil rose, une grosse aiguille et le magnifique livre que m'avait offert Stéphanie : L'atelier du cuir. En guise de fermeture, un morceau de bandeau élastique cousu d'une perle achetée à Londres. Cette petite sacoche en cuir chocolat me donnera satisfaction, je crois, sur le quai. Et peut-être même de l'entrain, chaque matin.

  • Et la chemise devient blouse

    Je vous parlais hier de mon premier cours de "couture-recyclage". Il était à la hauteur de mes espoirs et je me réjouis d'y retourner, déjà. J'ai toutefois peiné sur le premier thème : la chemise. Pas moyen de trouver une idée à partir de la chemise d'homme récupérée chez moi. Et puis une heure avant la fin du cours, j'ai tenté tout autre chose sur une pièce Cacharel achetée à Emmaüs il y a quelques années (une excellente affaire, évidemment, la chemise à 1 euro). Il me fallait du simple pour commencer, et de toute façon, je n'avais qu'une envie : couper ! Je n'ai malheureusement pas pris en photo la chemise en l'état mais vous vous doutez des transformations réalisées : découpe du col en ouverture bateau, diminution des manches, découpe de 5 cm en bas également. J'ai cousu un biais bleu à pois blancs sur l'encolure et le bas du vêtement pour donner une unité à l'ensemble, en faisant quelques pinces sur le bas. Et voilà : une blouse un peu ample avec des manches trois quarts, plus décontractée que ma chemise un peu trop guindée. Je ne suis pas encore très adroite pour m'auto-photograhier avec la blouse portée, mais elle est parfaite, exactement comme je la voulais. Je retourne dans mes placards, je suis sûre d'y trouver quelques perles à relooker !

  • Couture et recyclage

    Ce soir - j'ai hâte hâte hâte ! - je vais à mon premier cours de couture "recyclage-customisation". Il est proposé par une plasticienne qui a l'excellente idée de donner des pistes, des idées et des techniques afin de transformer de "vieux" vêtements pour en faire des "neufs". Un état d'esprit qui correspond tout à fait au mien puisque j'adore récupérer et chiner dans les brocantes des vêtements rétro... qui ne sont pas toujours à ma taille, parfois un peu abimés, et nécessitant un relooking que je ne sais pas forcément réaliser. Ce sera l'occasion de vider mes placards sans état d'âme, de partager un bon moment entre copines, et de ressortir, j'en suis sûre, avec de nouveaux projets ! Quant à ce joli visuel, je l'ai trouvé sur le site Modes4u qui regorge de jolis tissus rétro. A vos ciseaux !

  • Tampons Toile de Jouy : impression-nant

    Ce week-end se tenaient les fameuses "Journées du patrimoine" qui permettent de découvrir de nombreux lieux extraordinaires. C'est le genre d'événement que je fuis un peu, je l'avoue : trop de monde, de queue, de lieux. Et puis j'ai appris que l'artiste Joël Paubel menait au Musée de la Toile de Jouy un atelier autour de tampons, de toile, de motifs et de couleurs. 

    On y trouvait en effet des tampons de petite et grande taille, découpés à la façon d'un puzzle, et formant, une fois unifiés, un pan de la célèbre toile.

    Nous avons donc pris une grande feuille de papier, choisi des pièces de tampons, la couleur de notre choix, bleu profond ou rose fuchsia, (les deux, dans notre cas, car nous n'avons pas su trancher), et nous avons improvisé une toile de Jouy un peu bancale mais toutefois jolie, car la Toile de Jouy, c'est difficilement décevant.

    Ci-dessus, la toile d'un bon élève, ayant respecté la consigne...

    Ci-dessous, une vraie toile, véritable.

    Un petit tour dans le Musée ensuite, et précisément dans l'exposition "Avatar" dont je vous avais déjà parlé il y a quelques temps. Les artistes se sont amusés à détourner la Toile. Un régal !

    Deux pièces de Joël Paubel.

    Quant à la boutique, c'est un délice : une suite de produits dédiés au tissu tant aimé des Jovassiens. Ne manque que la Belette ! 

  • Soie japonaise et bandeau fleuri

    Un joli bandeau cousu de fleurs en soie japonaise et de perles de rocaille pour nos mistinguettes, voilà qui nous changera un peu des accessoires Hello Kitty et compagnie. En élastique, il s'enfile vite, pratique, et reste une pièce unique. Parce qu'elles aussi, elles le valent bien, et que les jolies choses vont à tous âges. En boutique !

  • DIY : carotte à tricoter

    Des radis, des carottes et des petits pois à tricoter, c'est le pari du jour. Vous avez peut-être aperçu ces adorables légumes dans l'émission des Maternelles ce matin, et vous avez envie de jardiner quelques fils de laine pour faire pousser des légumes doux. Je vous livre le secret de mes carottes aujourd'hui. A vos aiguilles ! 

     

    Il vous faut pour cela : de la laine fine (épaisseur 2,5 ou 3), couleurs orange et vert, des aiguilles en 3, une grosse aiguille à coudre pour les finitions, du rembourrage. Et une heure environ.

    Il faut savoir tricoter le point jersey (on tricote toutes les mailles à l'endroit sur les rangs 1 et impairs, et toutes les mailles à l'envers sur les rangs 2 et pairs), faire des diminutions et des augmentations.

    Monter 12 mailles avec la laine orange. 

    Rang 1 à 10 : tricoter les 12 mailles au point jersey.

    Rang 11 : tricoter la première maille puis faire une diminution toutes les 2 mailles. On obtient 8 mailles.

    Rang 12 : tricoter les 8 mailles à l'envers. 

    Rang 13 : faire une diminution sur la troisième et la sixième mailles, à l'endroit. On obtient 6 mailles.

    Rang 14 : tricoter les 6 mailles à l'envers.

    Rang 15 : tricoter la première maille puis faire une diminution toutes les deux mailles, à l'endroit. On obtient 4 mailles.

    Rang 16 : tricoter les 4 mailles à l'envers.

    Rang 17 : tricoter la première maille, faire une diminution, tricoter la quatrième maille, à l'endroit. Il reste 3 mailles.

    Rang 18 : tricoter les 3 mailles à l'envers.

    Rang 19 : passer les deux premières mailles sur l'aiguille sans les tricoter, tricoter la troisième, puis passer les deux mailles non tricotées sur la troisième. Il reste une maille sur l'aiguille. Tirer un peu sur l'aiguille pour ouvrir la boucle, couper le fil à 5 cm et le passer dans la boucle. Tirer pour le bloquer. 

     

     

    Coudre ensuite la carotte sur la longueur. On peut y glisser le petit doigt pour s'aider. 

    Une fois cousue, la remplir de rembourrage. A ce moment, il faut lui donner sa forme de carotte, plus ou moins rebondie, c'est selon les goûts de chacun. Puis coudre l'ouverture en la resserrant. La carotte prend forme.

     

    Passons à la feuille maintenant.

    Monter 3 mailles avec la laine verte. 

    Rang 1 : tricoter la première maille à l'endroit, faire une augmentation, tricoter la troisième maille à l'endroit.

    Rang 2 : tricoter les 4 mailles à l'envers.

    Rang 3 : tricoter la première maille à l'endroit, faire une augmentation sur la maille 2 puis la maille 3, tricoter la dernière maille à l'endroit.

    Rang 4 : tricoter les 6 mailles à l'envers.

    Rang 5 :  tricoter les deux premières maille à l'endroit, faire une augmentation sur les deux mailles suivantes, tricoter les deux dernières mailles à l'endroit. On obtient 8 mailles.

    Rang 6 : tricoter les 8 mailles à l'envers.

    Rang 7 : tricoter les 8 mailles à l'endroit.

    Rang 8 : tricoter les 8 mailles à l'envers.

    Rang 9 : tricoter une maille à l'endroit, faire une diminution, puis une maille à l'endroit et encore une diminution ; tricoter les deux dernières mailles à l'endroit.

    Rang 10 : tricoter toutes les mailles à l'envers.

    Rang 11 : tricoter une maille à l'endroit, faire une diminution, puis une maille à l'endroit et encore une diminution.

    Rang 12 : tricoter une maille à l'envers, faire une diminution, tricoter une maille à l'envers.

    Rang 13 : tricoter une maille à l'endroit, puis faire une diminution.

    Rang 14 : tricoter les deux mailles en même temps. Il reste une maille sur l'aiguille. Tirer un peu sur l'aiguille pour ouvrir la boucle, couper le fil à 5 cm et le passer dans la boucle. Tirer pour le bloquer. Rentrer le fil de laine dans la feuille avec l'aiguille. La feuille est prête.

    Coudre enfin la feuille sur la carotte. Qu'elle est jolie ! Elle peut être jouet, ou même petite broche si on lui coud une épingle à nourrice au dos ; sur une veste, un sac, une pochette, elle se pique partout, mais reste si douce...

    Et pour celles qui décidément ne savent pas tricoter ou n'ont pas le courage de s'y mettre une soirée, vous pouvez les retrouver en boutique, avec radis et petits pois.

  • Sur le pont d'Avignon

    Aujourd'hui, j'ai remplacé le RER par un TGV et suis partie jusqu'en Avignon avec Miss Stéphanie. Au programme, culture, couture et papote. Soleil radieux à l'arrivée et petite brocante dans la vieille ville nous ont mises en appétit.

    J'y ai déniché des décalcomanies et des photos anciennes qui feront sûrement l'objet de très prochains projets Belette.

    Au détour de jolies ruelles, quelques boutiques de créatrices : L'atelier des misstinguettes et Les plumes du paon regorgent de belles réalisations. Puis déjeuner en terrasse : le Zinzolin était à la hauteur de nos faims de frais et de bon. Perfection.

    Direction ensuite : la prison. Nous avions effectivement prévu ce voyage éclair pour aller visiter la Collection Lambert en Avignon... installée dans la prison Sainte-Anne.

    Troublant et émouvant, dur parfois, beau et percutant dans de nombreuses cellules, le projet était audacieux et semble réussi. 

    Manquaient peut-être quelques éléments de médiation pour s'imprégner au plus juste du propos. 

    Un dernier tour vers le Jardin des Doms et le Palais des Papes, et une belle vue sur le Pont d'Avignon...

    Une journée parfaite qui s'est terminée comme elle a commencé : avec de nouveaux projets couture-culture, et peut-être l'exposition Buren à Marseille prochainement.

  • Le collier "Big-Boules"

    Il m'arrive bien souvent d'acheter de la mercerie - rubans, perles, breloques, boutons, et j'en passe - sans vraiment savoir ce que je vais en faire. Je les garde précieusement ("entasse", dirait mon Amoureux) dans un coin de mes tiroirs, et puis un jour, je les retrouve et là, bing ! c'est le flash. Hier soir, je suis donc retombée un peu par hasard sur ces trois énormes perles en bois brut achetées dans une très jolie mercerie de Londres. La veille, j'avais rangé des coupons de tissus et mis de côté le lien qui fermait les molletons Petit Pan. Bing ! J'ai sorti mes tampons encreurs, l'encre dorée/argentée, et j'ai réalisé ce petit collier à méga perles en trois minutes. Peu d'effort, un peu d'effet, j'adore !

     

    Il faut donc des grosses perles en bois, de l'encre et des tampons - ou alors des feutres, de la peinture, du vernis à ongles (on se lâche !) - et un joli lien en tissu - un biais Liberty peut être très joli. Du vernis incolore, éventuellement, pour bien finir le travail.

     

    On encre le tampon que l'on passe ensuite délicatement sur les perles. C'est un peu délicat mais on a le droit de faire un peu n'importe quoi, dans la mesure où l'encre est bling-bling et va être jolie, dans tous les cas (l'effet brillant ne ressort pas du tout sur les photos, désolée). Pour les plus hardies, on dessine, on peint, on vernis.

     

    Une fois que c'est sec, on passe le lien dans les perles. Si on compte mettre son collier sous la pluie, on passe un petit coup de vernis incolore sur les perles, ça protège un peu, quand même.

    Et voilà, c'est le collier décontracté, unique et "c'est moi qui l'ai fait" !

  • Pochettes de rentrée

    La rentrée a bel et bien commencé. Quelques rayons de soleil prolongent cependant cet été trop court et trop froid. Envie de couleurs, de fleurs et de pays chauds. Tout ce qu'il y a dans ces pochettes fleuries et gaies ! On y glissera cartes et tickets, rose à lèvres et petit carnet, caramels tendres et téléphone comme autant de trésors à protéger... Elles sont en boutique, vite !

  • Larzac is back, part 3 : nuage tout doux

    C'est un nuage tout doux qui fait la pluie et le beau temps. C'est un soleil radieux qui brille entre deux averses. C'est un joli bébé, prénommé Adèle, qui est né cette semaine chez nos amis de toujours. C'est la rentrée qui, à peine commencée, fatigue déjà les enfants. C'est le retour en force de mon coupon de (fausse) peau de mouton. Et un coussin-doudou disponible en boutique pour apaiser les tensions et toujours voir, après la pluie, le beau temps.

  • Rentrée des classes et sacs coton

     

     

    La rentrée est enfin arrivée, et n'y voyez pas (trop) de joie de ma part. Les enfants ont repris le chemin de l'école, et l'on se rend compte en arrivant dans la cour ce matin qu'ils grandissent encore plus pendant les vacances ! Et puis Eneki fête ses 7 ans aujourd'hui, le fameux "âge de raison" ; ça nous fait rire, ceux qui le connaissent comprendront.

    C'est aussi le retour des doudous, goûters, petites bricoles à sans cesse trimbaler d'un lieu à l'autre : chaussons, livres, trésors divers et variés. Dans la boutique de la Belette, quelques petits sacs en coton sont déjà prêts pour cette périlleuse mission. Et si vous voulez choisir parmi les (très) nombreux tissus de ma collection, je vous le fais sur-mesure.