• La pochette canevas

    DSC05500

    DSC05501

    DSC05503

    DSC05508

    Après le délire robe et jupe, il me restait une bande assez large de mon grand canevas. C'était précisément ce qu'il me fallait pour coudre une pochette grand format, pour les 30 ans de Miss Cha. J'ai ajouté une doublure en Liberty dans les mêmes tons et laissé la bordure brute du canevas, imprimée "Les Biches". "Où sont-elles ?", m'a demandé Aïnhoa. Sur le plastron de ma robe, il est vrai. Ce canevas aura fait de l'usage, comme dirait ma grand-mère. Heureusement, les vacances sont là et il y aura sûrement un petit Emmaüs à caler dans notre périple en Bresse.

  • La Réserve des arts

    DSC05473DSC05475

    Depuis le temps qu'on en parlait, de cette Réserve. Motivée par Miss Stéphanie, nous sommes enfin allées jusqu'à Pantin, où se trouve cet endroit incroyable. Ce grand entrepôt, planqué dans une rue, pourtant peu prometteuse, recèle des trésors. "La Réserve des arts est une association qui récupère des rebuts et chutes de matériaux dans les entreprises, les valorise et les revend aux professionnels de la création. Elle répond à un triple objectif : réduire durablement les déchets, soutenir le secteur culturel et promouvoir le réemploi." Au top, quoi. J'imagine que les stocks changent souvent, en fonction des périodes et des matériaux récupérés. Cette fois, nous avons été subjuguées par un lot de peaux de cuir colorées, à des tarifs défiant toute concurrence. Des coupons sont vendus au poids. On peut aisément se fabriquer une pochette ou un plastron de cuir pour moins d'un euro. Une condition, cependant, pour pouvoir acheter : faire partie du secteur culturel, en travaillant dans une institution, en étant artiste ou étudiant en art, par exemple. Une adhésion à l'année permet ensuite de faire partie de l'association et d'avoir accès aux stocks. Une démarche écologique, intelligente, source d'inspiration, comme je les aime !

     

  • La veste Torero

    DSC05465

    DSC05466DSC05467DSC05469DSC05479

    C'est un stock de petits canevas que m'a donné Miss Kentucky, suite à mon toc des derniers mois : la robela jupe, et même la veste. J'en ai donné aux copines et me suis demandée ce que j'allais faire du reste. Très jolis mais petits, colorés, ils vont souvent par deux. Ce devait être des petits exercices de canevas, à l'école (?). Et puis deux d'entre eux ont trouvé leur place sur ma veste bordeaux, dénichée dans un Emmaüs il y a quelques années. Je les ai cousus avec du fil de pêche, en guise d'épaulettes. Et je vais au bureau habillée en petit torero. Mon côté espagnol : Olé !

  • Week-end à Londres, jour 3

    DSC05432

    DSC05434

    DSC05435

    DSC05436 

    DSC05437

    DSC05438

    DSC05439

    DSC05440

    DSC05441 

    DSC05445

    DSC05447

    DSC05448

    DSC05449

    DSC05451

    DSC05452

    DSC05453

    DSC05454

    DSC05455

    DSC05456

    DSC05457

    DSC05458

    Après la pluie, le soleil, fais mais franc. Nous avons donc pu nous balader dans le Columbia Road Flower Market, ravissant marché aux fleurs du quartier. Petits commerçants seulement, fleurs en abondance et café à tous les coins de rue. J'ai acheté quelques bulbes de tulipes que je planterai dans notre jardin, souvenir qui nous rappellera dans quelques semaines ce délicieux week-end. Nous sommes tombés par hasard sur le Campania / S. Jones qui propose un petit déjeuner salé ou sucré à base de produits maison, pains généreux et jus de fruits frais. En repartant, le travail de Rebecca Louise Law, exposé dans un appartement-galerie, m'a tapé dans l'oeil ! Avant de reprendre l'Eurostar, et histoire d'avaler encore quelques kilomètres à pieds, nous sommes partis à la recherche de quelques fresques murales, aux quatre coins de Shoreditch. Londres était colorée, Londres était belle, Londres était bien barrée, comme on l'aime ! 

  • Week-end à Londres, jour 2

    DSC05387
    DSC05384
    DSC05397DSC05398DSC05399
    DSC05400DSC05402DSC05406DSC05414DSC05416DSC05417DSC05419DSC05421DSC05460DSC05426

    Après une bonne nuit de sommeil, le deuxième jour a débuté par un petit déjeuner chez Hurwundeki, où l'on peut se restaurer, se faire couper les cheveux ou tout simplement rêvasser dans une ambiance brocante-retro. Puis direction la Serpentine Gallery qui expose en ce moment les très grands formats de Michael Craig-Martin ; dans la Saatchi Gallery, nous avons pu voir un mur de casseroles pour le moins fascinant ! Londres étant connue pour sa food-fusion, nous déjeunons chez Rum Kitchen : ambiance colorée, plats épicés. En guise de dessert, un tour chez Liberty, toujours source d'inspiration et souvent de frustrations, je l'avoue. La Photographers' Gallery nous remet les idées en place avec une exposition sur les soulèvements en Irlande en 1916. Je craque pour un autre cliché de Saul Leiter. Covent Garden, Soho, puis Shoreditch, nous essayons d'éviter les foules pour rentrer dans notre quartier. Cette fois, le Craft Cocktails nous propose un Hiesenberg et un Punch surprenants. Pour finir la journée, le veggie burger tombe à pic : il se mange avec les doigts au Just F.a.B., un "double-decker" rouge désaffecté. Dehors, il pleut à verses, c'est une soirée parfaite !

  • Week-end à Londres, jour 1

    DSC05362DSC05369
    DSC05363DSC05366DSC05370DSC05374DSC05380DSC05381

    Par où commencer ? Parler de la nécessite de partir en week-end sans enfants, ou de l'envie, tous les ans, de découvrir de nouveaux recoins de Londres ? Un mix des deux, sans doute. Toujours est-il que nous avons déposé les kids à l'école, vendredi, et avons pris l'Eurostar (merci les grands-parents !) pour profiter, jusqu'au dimanche, de la vie londonienne. Nous avons arpenté les rues - 33 kms en à peine trois jours - et quelques bonnes adresses, que je vous livre en trois étapes.

    Vendredi, après avoir déposé nos valises à l'hôtel RE, dans le très chouette quartier de Shoreditch, nous avons déambulé dans les ruelles à la recherches de street art. Entre deux fresques murales, une petite galerie étrange, dont je n'ai malheureusement pas le nom. Direction, ensuite, la Tate modern avec, en ce moment, l'exposition Calder. Nous en avons profité pour re-re-voir les collections permanentes avant de prendre le teatime à la cafétéria du musée : Coca à l'ancienne et scones&cream, une merveille ! Avant le dîner, à la Japanese canteen, nous avons pris un verre chez CraftCocktailCompany, à la playlist musicale tout droit sortie des années 90, dixit Mister O. Wonderful day one... To be continued.