DIY - Page 2

  • Custom' ton téléphone !

    Un petit DIY du soir, histoire de se coucher en se disant qu'on a fait quelque chose pour soi. Malheureusement, la lumière du soir dans mon bureau ne rend pas vraiment hommage à ce petit bricolage. Promis, en vrai, c'est très chouette à voir !

     

    J'aime bien customiser ma coque de téléphone portable, faire en sorte qu'elle sorte un peu de celles que l'on trouve sur le marché.

    Pour cela, rien de plus simple ! Quelques achats chez Hema : une coque transparente et quelques autocollants rétro. Et une feuille de papier origami.

    On trace le contour de son téléphone sur l'envers de la feuille de papier, que l'on coupe ensuite très légèrement plus court. On réajuste par la suite pour que la feuille rentre dans la coque sans forcer mais sans glisser non plus.

    On colle un autocollant sur l'endroit. A l'endroit qui nous plait.

    Et on glisse la feuille découpée et ainsi décorée dans la coque. On y enfile son appareil, et on a pour quelques temps le plus unique des téléphones. A renouveler avec papiers et autocollants à l'infini, évidemment.

  • Et la robe devient top

    Hier soir, c'est la robe chinoise, beaucoup portée durant ma "jeunesse" qui a pris un coup de neuf. La forme et la coupe ne me convenaient plus. J'avais envie d'un haut à porter simplement avec un jean et une paire de ballerines.

    Les ciseaux ont été moins frileux pour ce deuxième cours : un bon coup au niveau de la ceinture a donné le départ.

    Dans un joli tissu amené par Juliette, j'ai coupé deux bandes de 6 cm de large que j'ai repassées pour les transformer en biais : une pliure au centre (à 3 cm), puis une pliure de chaque côté (1,5 cm de part et d'autre du centre). J'ai ensuite cousu cette bande ainsi pliée sur le bas découpé de ma future chemisette. J'en ai profité pour ouvrir légèrement la chemise sur le côté, sur 7 cm environ, au niveau de la couture qui part de la ceinture, histoire d'ajouter un détail.

    Sur les rebords des manches, j'ai cousu un biais vert acheté dans une mercerie rétro. Le même biais a été posé sur la petite ouverture en bas de la chemise. La machine à coudre a finalisé le projet en quelques minutes. 

    Et me voici avec un joli haut tout neuf ! J'hésite à faire une jupe dans le tissu qui me reste. Je sais, j'avais une robe, je vais me retrouver avec un top et une jupe... Mais l'idée, c'est de bricoler et de faire du neuf avec du vieux tout en s'amusant : pari gagné ! A vos ciseaux, les filles !

  • DIY : carotte à tricoter

    Des radis, des carottes et des petits pois à tricoter, c'est le pari du jour. Vous avez peut-être aperçu ces adorables légumes dans l'émission des Maternelles ce matin, et vous avez envie de jardiner quelques fils de laine pour faire pousser des légumes doux. Je vous livre le secret de mes carottes aujourd'hui. A vos aiguilles ! 

     

    Il vous faut pour cela : de la laine fine (épaisseur 2,5 ou 3), couleurs orange et vert, des aiguilles en 3, une grosse aiguille à coudre pour les finitions, du rembourrage. Et une heure environ.

    Il faut savoir tricoter le point jersey (on tricote toutes les mailles à l'endroit sur les rangs 1 et impairs, et toutes les mailles à l'envers sur les rangs 2 et pairs), faire des diminutions et des augmentations.

    Monter 12 mailles avec la laine orange. 

    Rang 1 à 10 : tricoter les 12 mailles au point jersey.

    Rang 11 : tricoter la première maille puis faire une diminution toutes les 2 mailles. On obtient 8 mailles.

    Rang 12 : tricoter les 8 mailles à l'envers. 

    Rang 13 : faire une diminution sur la troisième et la sixième mailles, à l'endroit. On obtient 6 mailles.

    Rang 14 : tricoter les 6 mailles à l'envers.

    Rang 15 : tricoter la première maille puis faire une diminution toutes les deux mailles, à l'endroit. On obtient 4 mailles.

    Rang 16 : tricoter les 4 mailles à l'envers.

    Rang 17 : tricoter la première maille, faire une diminution, tricoter la quatrième maille, à l'endroit. Il reste 3 mailles.

    Rang 18 : tricoter les 3 mailles à l'envers.

    Rang 19 : passer les deux premières mailles sur l'aiguille sans les tricoter, tricoter la troisième, puis passer les deux mailles non tricotées sur la troisième. Il reste une maille sur l'aiguille. Tirer un peu sur l'aiguille pour ouvrir la boucle, couper le fil à 5 cm et le passer dans la boucle. Tirer pour le bloquer. 

     

     

    Coudre ensuite la carotte sur la longueur. On peut y glisser le petit doigt pour s'aider. 

    Une fois cousue, la remplir de rembourrage. A ce moment, il faut lui donner sa forme de carotte, plus ou moins rebondie, c'est selon les goûts de chacun. Puis coudre l'ouverture en la resserrant. La carotte prend forme.

     

    Passons à la feuille maintenant.

    Monter 3 mailles avec la laine verte. 

    Rang 1 : tricoter la première maille à l'endroit, faire une augmentation, tricoter la troisième maille à l'endroit.

    Rang 2 : tricoter les 4 mailles à l'envers.

    Rang 3 : tricoter la première maille à l'endroit, faire une augmentation sur la maille 2 puis la maille 3, tricoter la dernière maille à l'endroit.

    Rang 4 : tricoter les 6 mailles à l'envers.

    Rang 5 :  tricoter les deux premières maille à l'endroit, faire une augmentation sur les deux mailles suivantes, tricoter les deux dernières mailles à l'endroit. On obtient 8 mailles.

    Rang 6 : tricoter les 8 mailles à l'envers.

    Rang 7 : tricoter les 8 mailles à l'endroit.

    Rang 8 : tricoter les 8 mailles à l'envers.

    Rang 9 : tricoter une maille à l'endroit, faire une diminution, puis une maille à l'endroit et encore une diminution ; tricoter les deux dernières mailles à l'endroit.

    Rang 10 : tricoter toutes les mailles à l'envers.

    Rang 11 : tricoter une maille à l'endroit, faire une diminution, puis une maille à l'endroit et encore une diminution.

    Rang 12 : tricoter une maille à l'envers, faire une diminution, tricoter une maille à l'envers.

    Rang 13 : tricoter une maille à l'endroit, puis faire une diminution.

    Rang 14 : tricoter les deux mailles en même temps. Il reste une maille sur l'aiguille. Tirer un peu sur l'aiguille pour ouvrir la boucle, couper le fil à 5 cm et le passer dans la boucle. Tirer pour le bloquer. Rentrer le fil de laine dans la feuille avec l'aiguille. La feuille est prête.

    Coudre enfin la feuille sur la carotte. Qu'elle est jolie ! Elle peut être jouet, ou même petite broche si on lui coud une épingle à nourrice au dos ; sur une veste, un sac, une pochette, elle se pique partout, mais reste si douce...

    Et pour celles qui décidément ne savent pas tricoter ou n'ont pas le courage de s'y mettre une soirée, vous pouvez les retrouver en boutique, avec radis et petits pois.

  • Le collier "Big-Boules"

    Il m'arrive bien souvent d'acheter de la mercerie - rubans, perles, breloques, boutons, et j'en passe - sans vraiment savoir ce que je vais en faire. Je les garde précieusement ("entasse", dirait mon Amoureux) dans un coin de mes tiroirs, et puis un jour, je les retrouve et là, bing ! c'est le flash. Hier soir, je suis donc retombée un peu par hasard sur ces trois énormes perles en bois brut achetées dans une très jolie mercerie de Londres. La veille, j'avais rangé des coupons de tissus et mis de côté le lien qui fermait les molletons Petit Pan. Bing ! J'ai sorti mes tampons encreurs, l'encre dorée/argentée, et j'ai réalisé ce petit collier à méga perles en trois minutes. Peu d'effort, un peu d'effet, j'adore !

     

    Il faut donc des grosses perles en bois, de l'encre et des tampons - ou alors des feutres, de la peinture, du vernis à ongles (on se lâche !) - et un joli lien en tissu - un biais Liberty peut être très joli. Du vernis incolore, éventuellement, pour bien finir le travail.

     

    On encre le tampon que l'on passe ensuite délicatement sur les perles. C'est un peu délicat mais on a le droit de faire un peu n'importe quoi, dans la mesure où l'encre est bling-bling et va être jolie, dans tous les cas (l'effet brillant ne ressort pas du tout sur les photos, désolée). Pour les plus hardies, on dessine, on peint, on vernis.

     

    Une fois que c'est sec, on passe le lien dans les perles. Si on compte mettre son collier sous la pluie, on passe un petit coup de vernis incolore sur les perles, ça protège un peu, quand même.

    Et voilà, c'est le collier décontracté, unique et "c'est moi qui l'ai fait" !

  • Sunday morning et tarte aux quetsches

    Va-t-on venir à bout de toutes ces prunes ?! Après les Reine-Claude, qui ont fait l'objet de 40 pots de confiture, notre jardin nous offre des kilos de quetsches, qu'il faut bien ramasser au milieu des guêpes, friandes de sucre. J'en ai fait quelques pots de confitures, mais, en panne de bocaux et en saturation de confitures, je me lance dans les tartes, aussitôt cuites, aussitôt mangées. Il faut dire que les pâtisseries ne font jamais long feu chez nous...

    Voici donc la recette pour celles qui ont envie de cuisiner.

     

    Pour la pâte brisée, il faut 300 gr de farine, 125 gr de beurre, une pincée de sel, une cuillère à soupe de sucre (ou plus pour les très gourmandes), une cuillère à café de cannelle.

    Pour la tarte, il faut des quetsches, environ 30, un peu de poudre d'amande et un peu de sucre roux.

    Mettez le four à chauffer, sur 200 degrés (thermostat 6/7) et préparez la pâte. Mélangez la farine au beurre froid coupé en petits morceaux, auquel vous avez ajouté le sel, le sucre et la cannelle. Rajoutez un peu d'eau froide afin d'obtenir une boule de pâte homogène. Vous pouvez alors l'étaler dans votre moule à tarte. Piquez la pâte à la fourchette et saupoudrez d'amande en poudre (elle absorbera le jus des fruits). Disposez les prunes, la peau côté pâte. Puis saupoudrez le tout de sucre roux. Enfournez pour 30 minutes environ, en surveillant bien pour que les prunes ne brûlent pas. Et voilà ! Tiède avec une boule de glace à la vanille, c'est encore meilleur. Bon appétit !

  • DIY : les confitures de l'été

    Avant d'entamer les projets couture, la Belette a fait 40 pots de confitures ! Il faut dire que nous avons un jardin bien fourni en arbres fruitiers, notamment en prunes : reines-claudes et quetsches ont été cette année généreuses. Si cela vous donne envie, faites donc aussi vos confitures : quelques abricots achetés au marché, un panier de mirabelles donné par le voisin, un sac de mûres ramassées sur le chemin... Vous pouvez faire deux ou trois pots avec différents fruits. C'est simplisme !

     

    Voici donc ma recette de confiture de reines-claudes.

    Il vous faut : des prunes, du sucre gélifiant (si vous prenez du sucre tout simple, il faudra ajouter le jus d'un citron), un peu de vanille (gousse ou poudre), une noix de beurre.

     

    Après cueillette, donc, on lave bien toutes les prunes. On les trie un peu, on les ouvre pour enlever les noyaux. Je les coupe parfois en plus petits morceaux car je ne mixe pas ma confiture ; à vous de voir.

     

    On met ensuite les prunes dans une grosse marmite. Il faut compter 1kg de sucre pour 1kg de fruits.  Je mets un peu moins de sucre : 800 g pour 1kg de fruits me semblent suffisant. Laissez reposer une nuit le mélange prunes-vanille-sucre (et citron si votre sucre n'est pas gélifiant). Au petit matin, le sucre s'est dissous. Vous pouvez donc mettre la confiture à cuire sur feu vif. Quand ça bout, remuez sans cesse. Si l'écume monte monte monte, mettez une noix de beurre (c'est le truc de ma mémé), baissez un peu le feu et remuez de plus belle.

     

    Deux options : vous avez pris du sucre gélifiant, et la cuisson est très rapide (10 min environ) / vous avez du sucre basique et la cuisson est plus longue (30 min au minimum).

     

    De toute façon, pour savoir si c'est cuit, il vous faut mettre quelques gouttes de confiture sur une assiette. Au bout de quelques minutes, si la tache ne coule plus, c'est que c'est bien cuit. Sinon, on patiente encore un peu sur le feu.

     

    Une fois que c'est cuit, on peut remplir les pots. Les reboucher et vite les retourner, pour empêcher l'air de s'y engouffrer, et donc éviter les petites moisissures bien innocentes mais pas très jolies.

     

    A vous de réaliser ensuite de jolies étiquettes. Je mets en général mes enfants à contribution, ou je fonce chez Hema pour trouver une solution. Une bande de masking-tape sur laquelle on écrit "Reines-claudes du jardin / 2014" peut également faire l'affaire.

     

    A vous les bonnes tartines et les cadeaux hyper classe ("oui, c'est moi qui l'ai faite !") !

    Quant à moi, je crois que c'est sur mon yaourt-muesli du matin que je la préfère...

  • DIY : le dessous de théière en crochet

    Une envie soudaine, hier à minuit, de bricoler quelque chose... Voici donc le petit "dessous de théière" crocheté vite fait, qui pourra sans doute aussi servir de dessous de plat ou de sous-mug. Il faut dire qu'en rangeant mon bureau, j'ai remis la main sur mon crochet 15 et mes pelotes de trapilho achetées il y a quelques mois, vous vous souvenez ? Depuis, je bricole sans arrêt de petites choses avec ces fins de pelotes : bracelets, headbands, et donc, dessous de plat.

    Pour celles qui savent crocheter (débutantes, venez vite !), c'est très simple. Il faut un peu de trapilho, deux couleurs, plus ou moins en fonction de vos envies, et un crochet en 15. Voici les explications :

    1. Faites une chaînette de 7 mailles avec la couleur de votre choix.

    2. Reprenez la première maille en l'air de la chaînette en faisant une maille coulée puis terminez par 1 maille en l'air. Vous obtenez un disque.

    3. Faites une maille serrée par maille, soit en tout 7 mailles serrées. Terminez par une maille coulée suivie d'une maille en l'air. Le disque est un peu plus grand. Le premier rang est terminé.

    4. Faites deux mailles serrées dans chaque maille, c'est à dire qu'il faut faire une maille serrée puis une deuxième mais dans le même trou. Cela revient à doubler le nombre de mailles. Terminez par une maille coulée suivie d'une maille en l'air. Le disque est encore un peu plus grand. Le deuxième rang est terminé.  

    5. Changez de couleur (ou pas si vous restez sur une seule couleur). Faites une maille serrée par maille, soit en tout 14 mailles serrées. Terminez par une maille coulée, coupez le fil en laissant 3 cm et repassez le bout dans la boucle, en serrant pour que le disque ne se défasse plus.

    Le dessous de théière est terminé ! Bien sûr, si votre théière est plus large, il faut faire quelques tours en plus.

    Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à me contacter

    Et pour celles qui ne savent pas crocheter, cet article est disponible en boutique !

     

    J'en profite pour vous montrer mon dernier achat : une paire fauteuils bridge scandinaves des années 60. J'adooore !

  • DIY : mon agenda de rentrée

    Un de mes petits plaisirs, je crois que je vous en avais déjà parlé, c'est de me customiser mon agenda de rentrée. Oui oui je sais, pour beaucoup d'entre vous, les vacances n'ont même pas commencé, mais je prépare ces jours mon nouveau travail, mes projets Belette, et l'agenda m'est déjà indispensable. Je continue à acheter de petits agendas basiques, de septembre à septembre (souvenirs d'école et plaisir d'acheter le matériel pour la rentrée...). Je pratique donc le découpage-collage sur agendas depuis de nombreuses années ; je les garde, j'en ai retrouvé 16 !

    Je vous montre aujourd'hui comment procéder. Vous verrez, c'est "hyper fastoche" et ça fait un effet du tonnerre !

     

    Première étape : l’achat de l'agenda. Le plus basique est le mieux. Il faut d'abord enlever la couverture plastique pour pouvoir coller sur carton les papiers choisis.

     

     

    Ensuite, on choisit des papiers à motifs, des pages de revues, des emballages colorés. Bref, tout ce qui va nous donner le sourire dans l'année. Pour ma part, j'ai jeté mon dévolu sur des papiers de chocolat grec, des coupures des revues Marie Claire idées et Paulette magazine, toujours fleuries, gaies et colorées. 

     

    Là il faut un peu d'imagination, beaucoup d'intuition et un soupçon de laisser-aller. On découpe, on positionne sur l'agenda avec du Masking tape, on tente des trucs jusqu'à ce que ça plaise. Je préconise une tasse de thé, une plaquette de chocolat et un fond musical groovy ou zen, en fonction de l'ambiance choisie.

     

     

    On colle ensuite avec un tube de colle blanche d'écolier (pas de colle liquide, ça mouille le papier et ça se voit). Pour les finitions, j'ai collé quelques jolis timbres reçus sur un colis From Shanghai. Et j'ai ajouté quelques bandes de Masking tape pour cacher deux jonctions de papiers pas très jolies. Une fois que les collages sont terminés, on découpe proprement les papiers avant de plastifier le tout. Cette étape est un peu délicate mais au bout de 17 exemplaires, je maîtrise ! On découpe au format en laissant un centimètre de rab de chaque côté, qu'on collera à l'intérieur pour bien maintenir le tout. Vos souvenirs de manuels à recouvrir vont vite refaire surface, je vous fais confiance. Je n'ai jamais essayé de vernir avec un vernis colle mais ça peut marcher et être plus simple. L'idée, c'est que l'agenda soit un peu protégé. 

     

     

    Et Tadaaaaammm, le joli agenda à faire pâlir les copines, unique et coloré, qui me rappellera toute l'année mon séjour grec !

  • Plantes d'intérieur

    J'ai ce modèle en tête depuis longtemps : une plante d'intérieur colorée, en coton, qui sert de porte-aiguilles ou de petite décoration. Deux modèles disponibles en boutique et, pour les plus habiles (niveau débutante, pas de panique), voici le tuto juste en-dessous.

     

    On commence par découper un disque de coton, de diamètre 18 cm environ (pour un petit pot dont l'ouverture fait 6 cm). On surfile tout autour.

     

    On glisse au centre du disque, sur l'envers du tissu, une poignée de rembourrage (kapok ou coton, en fonction de ce que vous avez sous la main).

     

    On resserre le fil autour du kapok pour l'emprisonner ; on coud pour fermer. Quelques points suffisent.

     

    La petite boule est prête, il suffit de la glisser dans le pot en la coinçant joliment. Pas la peine de la coller, comme ça quand le bouquet ne vous plaît plus, vous pouvez en changer.

     

    Pour finir, quelques fleurs en feutrine, cousues avec une petite perle de rocaille, achèvent ce joli bouquet.

    On y pique les aiguilles, on le pose sur le rebord d'une fenêtre, on peut même le coudre pour la fête des mères ! J'adore, je vais en mettre partout. Vous m'enverrez une photo des vôtres ?