Déco

  • DD brodée

    DSC00114DSC00129
    DSC00137

    Il n'est pas toujours évident de faire le cadeau des UN an. Il y a toujours trop de jouets, de vêtements, un peu trop de consommation. J'aime bien l'idée que ce premier cadeau soit symbolique, reste. Alors oui, il est parfois inutile, mais j'aime à penser qu'il restera gravé dans un coin de tête, qu'il sera peut-être même conservé et ressortira du placard des nombreuses années après. Toujours est-il que l'adorable Andrée fêtait ce premier anniversaire il y a quelques jours. Ses parents sont drôles et attachés aux symboles, il fallait du concept, du jeu (de mots), du joli, aussi. J'ai décidé de broder des dés sur un mouchoir ancien déniché dans une brocante. Cela fait référence au jeu, donc, mais également à son petit surnom, Dédée. Sur une chemisette ancienne, un citron qui a la banane fera sans doute ressurgir a private joke du côté de mon frère. Un joli emballage, fignolé par les cartes numéros de chez Papier Tigre, fera le reste. C'est certainement un cadeau qui touchera davantage les parents que la fillette, mais je suis sûre que cela fait partie des présents "qui restent"...

  • Le Arm knitting, vous connaissez ?

    IMG_9414

    Seize ateliers DIY HD

    Le « Arm Knitting » plus connu en France sous le nom de « tricot avec les bras », permet de réaliser en deux temps-trois mouvements d’énormes plaids, écharpes/cols ou autres doudous indispensables pour affronter le froid et donner une ambiance cocooning ET stylée à son intérieur ! Afin de réaliser les pièces les plus fastoches et les plus dingues à la fois, Seize propose des ateliers de trois heures pour initier les tricot addicts et débutants à cette nouvelle technique qui fait fureur sur la toile depuis plusieurs semaines ! Armée d’une pelote d’un kilo (!), 100% mérinos, et de ses deux bras en guise d’aiguilles, chacune s’attèlera à la réalisation de sa couverture d’intérieur dans une ambiance qui, en plus d’être conviviale, promet d’être assez comique !
    Seize, nouveau temple du « Do It Yourself », a ouvert depuis octobre 2016 au cœur du quartier d’Oberkampf. On s’y retrouve à n’importe quel moment de la journée, principalement autour d’une activité manuelle, créative et ludique, pour décompresser, apprendre, rire et faire de nouvelles rencontres. Seize est aussi une boutique qui propose une sélection inédite de créateurs dont le seul crédo est de tout faire main, avec passion. On aime !
    Je ne me fais jamais le relais de communiqués de presse, et j'en reçois pourtant souvent. Mais là, j'avoue que j'ai craqué pour cette magnifique photographie car je suis fan absolue de très grosse laine et assez curieuse de cette nouvelle technique. Je transmets donc avec plaisir ce nouveau spot à tricot. J'ai, de mon côté, cherché des boutiques pour acheter de tels écheveaux, sans succès ; alors si vous avez des adresses, je suis preneuse.

    80€ l’atelier de 3 heures, matériel inclus et goûter offert. C'est certain, ça fait un petit budget, mais vu le prix de la laine, c'est pas si dingue. Toutes les infos sur www.seizeparis.com.

     
  • Le duo "pochette + compo" de Jojo

    DSC08613

    DSC08611

     

    DSC08616

     

    DSC08612

    Le pater est sans doute la figure la plus compliquée à satisfaire. C'est sur lui que nous bloquons tous les ans. A part des kilos de thés et de chocolat, il est difficile de trouver de nouvelles bonnes idées. Cette année, on prend sur soi, donc, et comme le handmade est le thème que je me suis fixé, pas question de déroger à la règle. Une petite composition réalisée à partir d'une vieille photographie achetée sur une brocante, agrémentée de transferts vintage, le tout sur un fond de papier trouvé dans un vieux numéro de Flow, et on obtient une image d'Epinal qui fait écho aux dernières aventures familiales. Une pochette en toile robuste, pour compléter : ça servira toujours à ranger quelques papiers ou crayons, voire quelques chocolats, le cas échéant. Est-ce que ça a fait mouche ? La frénésie du déballage collectif ne l'a pas dit. C'était, en tout cas, réalisé avec amour.

  • Le bureau d'écolier

    dsc08394

    dsc08381

    dsc08383

    dsc08385

    dsc08386

    dsc08388

    dsc08389

    Nous avions 7 et 8 ans, peut-être. L'univers du "travail de bureau" nous fascinait. Nous prenions des tas de petits documents à la Poste, des trucs qu'il fallait remplir avec nom, prénom, adresse. Et nous passions des après-midis entières à jouer à l'administration sur ce bureau, alors installé dans une pièce de la ferme, dans laquelle Mémé stockait des vieilles choses - paniers cassés, chaises estropiées, ficelle et sacs de grain. C'était l'été. C'était bien avant de choisir d'autres voies professionnelles, mais quelles parties de jeu studieuses ! Le petit bureau lui, est toujours là, sur pied, et prêt à prendre la relève auprès d'autres jeux d'enfants. Le plateau était quand même en bien mauvais état : il a fallu poncer et boucher les trous avec de la pâte à bois. La peinture à tableau noire a permis de cacher encore un peu les irrégularités du bois avant de faire l'objet, à son tour, de coups de craies colorées. Un coup de peinture sur la structure métallique - du rouge basque, bien sûr - et voici le bureau bressan de notre enfance prêt à revivre encore une fois dans le petit coin de Miss Aïnhoa. 

  • La lavande de l'été en sachet d'hiver

    dsc08086


    dsc08092

    dsc08094

    dsc08098

    dsc08100

    dsc08102

    C'était la lavande sur laquelle les abeilles se sont posées tout l'été. Elle embaumait la terrasse, on se croyait ailleurs, plus au Sud, malgré le vent frais de la fin août. J'ai fini par la couper et la faire sécher au four, tout bas, près de deux heures. Avec des chutes de tissus (je savais bien que j'avais raison de garder ces tout petits coupons !), nous avons confectionné des sachets de coton, tous différents. Aïnhoa et ses mains délicates m'ont aidée à les rembourrer de brindilles et de fleurs de lavande séchée. Une couture à la main un peu maladroite mais tellement plus jolie pour les fermer et le tour était joué ! Nous glisserons dans nos tiroirs la lavande de cet été en attendant les beaux jours.

  • La brocante de Roissiat

    DSC07335DSC07337

    DSC07339

    L'été, c'est le temps des brocantes. Et le 15 août, c'est le jour de LA brocante : celle de Roissiat, adorable petit village au pied des contreforts du Jura. Dans les rues de pierres, les étals se succèdent. Parmi vieilleries et antiquités, on déniche toujours l'objet "indispensable". Cette année, j'ai craqué pour des brocs à eau rose et deux paires de gants en cuir, qui complèteront parfaitement mon début de collection. Plus qu'à briquer un peu tout ça pour enlever poussière et terre. J'ai quand même été hyper raisonnable...

  • L'agenda de rentrée

    DSC07232

    DSC07215

    DSC07219

    DSC07223

    DSC07224

    DSC07230

    DSC07231

    C'est un rituel auquel je ne déroge jamais : chaque été, je réalise mon agenda de la rentrée. Cela me rappelle le choix des fournitures quand j'étais plus jeune, que j'adorais retourner à l'école après deux mois d'été... et que je n'avais pas trois listes de fournitures à acheter désormais ! Je commence donc par acheter un agenda très simple ; seul impératif : qu'il y ait les fêtes à souhaiter toute l'année à l'intérieur. Puis je fouille dans mes revues, mes photos, mes stickers, les jolis papiers de chocolat ou encore les tickets de métro utilisés à l'étranger, bref, tout ce qui me rappellera de bons souvenirs dans l'année. La semaine dernière, j'ai déniché quelques cartes postales vintage sur une petite brocante de Montalivet, et je jette mon dévolu sur l'une d'elles. Je retrouve un papier japonais, m'amuse à découper des lapins et des fleurs que je replace sur la photo choisie. Je colle tout sur l'agenda dépourvu de sa vilaine couverture en plastique, et une fois que je suis satisfaite de ma composition, je plastifie avec un morceau de plastique autocollant.
    Tadaaaaam ! Unique et original, mon agenda me rappellera toute l'année mes vacances au bord de l'océan et mon goût pour la brocante. 

  • Photographies brodées d'histoires

    DSC05749

    DSC05753DSC05752DSC05758DSC05760DSC05761DSC05762DSC05763

    Lors d'une escapade à Avignon, j'avais acheté ce lot de vieilles photos sur une brocante de quartier. Certaines ont déjà fait l'objet de collages à partir de décalcomanies trouvées au même endroit. Il me restait celles-ci et l'envie de me raconter d'autres histoires. De fil en aiguille, j'ai eu envie de broder ces images anciennes : du fil argenté dans les jets d'eau, sur la rivière ou le lac ; une silhouette sur le macadam, qui semble retenir l'attention des passants amassés sur le bord de la route ; une inscription à la bombe sur le muret de cette jolie demeure... Ou comment redonner une autre histoire à ces photos vieillies et anonymes.

  • Poupées à coudre

    DSC05625DSC05628DSC05630DSC05631

    Vu dans le dernier Marie Claire Idées, un livret de patrons de poupées aux looks assez surprenants mais néanmoins craquants ! Aïnhoa, convalescente, m'a commandé Célestine, la "lapine-petite fille". Puis nous avons craqué pour "Fleur de printemps", petite indienne qui ressemble tant à Yakari, l'Indien animé de mon enfance, et que mon petit neveu Victor aime tant. Ces modèles sont parfaits pour utiliser les coupons de tissus, feutrine et boutons solitaires. Il y a encore une douzaine de modèles à coudre ; j'attends impatiemment de nouveaux prétextes pour m'y mettre !

  • Diorama "Muffin Time"

     

    Pour faire simple, le diorama est une boîte contenant un décor en volume. Je n'en avais jamais entendu parler jusqu'à cet article dans le dernier numéro de Flow magazine. Né en Amérique latine, le diorama a ensuite essaimé aux Etats-Unis puis en Europe et a connu un grand succès au XIXème siècle. On peut y mettre des objets, des collages, des cailloux ou des coquillages, l'idée étant de recréer un petit univers qui raconte une histoire, un souvenir, une émotion. J'ai adoré l'idée ! Je garde quantité de boîtes en carton qui, me dis-je toujours, un jour resserviront... Cette fois, j'avais trouvé de quoi faire avec ! Une jolie boîte Birchbox, du papier rétro, une boucle d'oreille solitaire, des fèves en métal, un couvercle de boîte en verre, du biais Liberty : j'ai trouvé dans mes affaires de quoi créer une atmosphère de salon de thé d'antan. La boîte se ferme, cache ses secrets, et puis, une fois ouverte, dévoile une toute petite scène qui me rappelle des histoires d'enfance ou des rêves sucrés. Ma fille adore, je crois que moi aussi.

  • Passion succulentes

    J'ai craqué. J'ai racheté des succulentes et une maisonnette en verre en guise de terrarium. Faut dire que Panpan en a boulotté encore deux trois les derniers mois. Il adore ça. Moi aussi !

  • Succulentes et terrarium

    Ma passion pour les Succulentes, ces adorables petites plantes grasses, n'en finit pas. Après avoir mis en pot et disposé sur des plateaux la vingtaine de boutures reçues par la poste, je me suis amusée à recréer une ambiance "serre tropicale" dans cette magnifique maison en verre et métal que mon Amoureux m'a offert pour mon anniversaire. Il a complété cette collection par quelques boutures achetées sur Greenfactory, que j'ai disposées dans un grand terrarium, à la manière des jardins japonais. Quant à Miss Lloyd, elle a jeté son dévolu sur l'arbre en bocal sur lequel j'avais craqué. Mon étiquette "GreenGirl" n'est donc plus à démontrer, j'ai été couverte de plantes cette année.

    J'adore, je crois même que j'en veux encore !

  • Un nuage de thé ?

    Il faut bien dire que le temps se prête plus aux thés-canapé qu'aux verres-terrasse ces derniers jours... Aussi j'ai décidé de bricoler quelques sachets pour passer le temps et voir la vie en rose en bleu. 

    Il faut pour cela quelques sachets filtre, du bon thé, du fil, une aiguille, et un peu de patience.

    Je ne sais pas s'il y a vraiment une "bonne" technique. J'ai glissé au centre du filtre une cuillère de thé, puis j'ai délicatement cousu un nuage tout autour en emprisonnement les herbes parfumées au centre. Le filtre les retient, ça ne glisse pas trop.

    Une fois que c'est fini, on fait un petit noeud, comme on le ferait sur un tissu. Dé-li-ca-te-ment.

    Puis on découpe tout autour, en laissant quelques millimètres.

    Ce qui est joli, c'est que les nuages n'aient pas tous la même forme. On les emprisonne, le temps de les offrir ou de les faire infuser, dans un autre filtre qu'on ferme avec un joli masking tape. Et le tour est joué ! Patience et simplicité pour un effet assuré !

    Le thé n'en sera que meilleur. Je fais partie de celles qui pensent que la dégustation visuelle est tout aussi importante que la première bouchée. En un mot, quand c'est beau, c'est meilleur !

  • Green Factory ou la nature à portée de main

    Le coup de coeur de la semaine, c'est les plantes en bocaux : Green Factory réussit avec délicatesse et harmonie à glisser dans de grands pots de verre de petits univers faits de mousse, de plantes ou d'arbres, et de terre. Un coin de nature, en somme, qui s'auto-gère, comme me l'a expliqué Joffrey, responsable de l'adorable boutique. Car la plante vit et survit seule, dans ce petit espace, grâce à ses propres ressources. Nul besoin de l'arroser, si ce n'est peut-être une fois tous les six mois pour certaines, tous les cinq ans pour d'autres. Prêts à acheter ou réalisés sur-mesure, petits ou gigantesques, ces sublimes coins de nature me font rêver... Et vous ?

  • Succulentes et feutrine

    C'est ma nouvelle marotte, comme on dit. Un arrivage de petites plantes grasses délicieusement appelées "succulentes" a déclenché ici rempotages, customisation, photos et petits pots, finalement, dans toute la maison. C'est parti d'une idée de Miss Cha pour le nouveau site (on y travaille !) de La Belette. Je suis tombée sous le charme de la bannière de plantes grasses, photos piochées ici et là sur le net pour illustrer le projet. Et comme on ne fait jamais les choses à moitié, ici, j'ai commandé des boutures par dizaines. L'envie m'a prise, ensuite, de les customiser : des petites feuilles de feutrine glissées par-ci par-là pour la belette'touch'. Et voilà ! Mister N. les a shootées en studio. Y'a plus qu'à, maintenant... On ne sait pas quand sortira cette nouvelle version du site, mais les plantes, en attendant, ont trouvé leur place dans les rayonnages de notre maison. Et à en croire Panpan, qui en a trouvé quelques-unes à sa portée, elles doivent être succulentes !

  • Cartes brodées, oiseaux colorés

    Il flotte dans l'air ambiant comme un avant-goût de printemps. Le soleil est frais mais ça n'empêche pas les oiseaux de gazouiller ; quant aux primevères, elles commencent enfin à percer, dans le jardin. C'était exactement ce qu'il nous fallait pour sortir nos cartes à broder. Je les avais achetées en fin de soldes chez Le petit Souk, elles attendaient sur mon bureau le bon moment pour être bricolées. Nous avons choisi des fils colorés, l'oiseau qui nous plaisait, et avons brodé avec soin le contour de chaque espèce. Avant de les accrocher aux murs blancs de la chambre, histoire de faire entrer le printemps un peu dans la maison...

  • Coin d'inspiration, un peu de décoration

    Un peu à la manière des mood boards, généralement utilisés par les graphistes ou les créateurs pour donner une ligne et une direction à leur projet, je bricole sur mon bureau, de façon beaucoup plus modeste, un univers qui me ressemble et m'inspire, qui m'apaise et m'amuse. Cartes postales, coupures de revues, vieilles photos, timbres rétro... je compose et je colle avec du masking tape coloré et graphique. Pour compléter le tableau, un petit meuble trouvé en brocante et recouvert de vieux patrons de couture accueille tous les coupons de tissus qui attendent de devenir broches, bandeaux et autres bricoles. Ma première paire de bottillons, mon petit fer en métal, la machine à coudre de Christine, enfant, et voilà pour l'ambiance. Pas étonnant que je l'aime autant, ce coin de Belette.

  • Bureau zen, tapis de souris nuage

    J'adore les petites affaires de bureau : papeterie, stylos, une jolie tasse et le sous-mug qui va avec, quelques cartes postales pour égayer mon espace, et comme je change "souvent" de travail, j'ai le plaisir de me réinstaller à chaque fois. Cette fois-ci, j'ai décidé de pousser le bien-être au travail en me taillant un tapis de souris sur-mesure dans un joli coupon de cuir bleu nuit. (Ce que la série photos ne rend pas, mais les photos prises le soir sont généralement peu flatteuses). Trois points de croix argentés dans l'angle du nuage font évidemment le détail. Une raison de plus pour aimer partir au bureau le matin. Même si certains boulots sont déjà assez glamour pour se suffire à eux-même... 

  • Coussins rétro, douceur, encore

    Quelques fleurs posées sur un tissu rétro dont je ne me souviens même plus la provenance. Quelques fleurs qui deviennent petit coussin et qui s'accordent parfaitement bien avec le fauteuil d'enfant malheureusement devenu trop petit pour mes trois grands... Encore quelques grammes de finesse et de douceur. En boutique.

  • Larzac is back, part 3 : nuage tout doux

    C'est un nuage tout doux qui fait la pluie et le beau temps. C'est un soleil radieux qui brille entre deux averses. C'est un joli bébé, prénommé Adèle, qui est né cette semaine chez nos amis de toujours. C'est la rentrée qui, à peine commencée, fatigue déjà les enfants. C'est le retour en force de mon coupon de (fausse) peau de mouton. Et un coussin-doudou disponible en boutique pour apaiser les tensions et toujours voir, après la pluie, le beau temps.

  • Déco à la peinture à tableau

    Dans la foulée bricolage, nous avons remis la table au goût des fauteuils. Il faut dire que le plateau de cette jolie table basse (design scandinave des années 50 elle aussi) était assez abîmé et que mes ponçages successifs restaient sans succès. Ajoutez à cela les coups de feutre des enfants, bref, il fallait faire quelque chose. Nous avions vu chez des amis en Bresse des meubles traditionnels modernisés par Moissonnier : des couleurs vives sur des meubles familiaux, c'était très réussi. Le choix de la couleur chez nous était plus difficile. Et puis hier, idée subite de mon Chéri : pourquoi ne pas peindre ce plateau avec de la peinture à tableau ? Je me suis mise à la tâche et suis très contente du résultat. Ce noir mat s'assortit bien aux fauteuils et donne un aspect assez classe à notre coin salon. Il promet surtout de nombreux mots doux à la craie dans les mois à venir et sera certainement le nouveau spot des photos de la Belette.