Le blog de la Belette - Page 4

  • Succulentes et feutrine

    DSC05782DSC05784DSC05785DSC05786

    Ce fut bref, ce grand jour de soleil ! Alors on a sorti les succulentes pour leur faire prendre l'air. Avant le retour de la pluie, grise et froide... A quand l'été ? le printemps ? quelques degrés supplémentaires ?

  • Campbells' soup

    DSC06050.jpg

    C'est une boîte de soupe à la tomate achetée dans un supermarché new-yorkais. On y voit forcément une allusion à Warhol et ses Campbells'. On a forcément envie d'en faire quelque chose. Genre, un Warhol. Il suffisait d'une boîte vitrée Ikea, d'un fond un peu rétro trouvé dans les pages du dernier Flow magazine, et de la boîte en question, fixée au fond par une bonne boule de Patafix. C'est un clin d'oeil qui fera office de cadeau d'anniversaire. En cas de disette, un soir de semaine, brisez la glace.

  • New York, I miss You #4

    DSC06023.jpg

    Le Jour #4 est aussi le dernier... Nous décidons de faire quelques emplettes pour les enfants sur la Cinquième Avenue : Nike TownLego et la grande boutique Nintendo feront (ont fait, d'ailleurs) des heureux ! J'en profite pour aller au MoMA, sur notre lancée : entre les expositions temporaires et les collections permanentes, le podomètre s'emballe. Nous sommes encore prêts à arpenter quelques blocks pour déjeuner des (meilleurs ?) hot-dogs de NYC : c'est dans le Grand Central Terminal que ça se passe. Cette gare immense se visite et ressemble presque à une petite ville, tant il y a de boutiques et de monde. Il y a la queue chez Shake Shack mais le hot-dog servi avec des frites au fromage en vaut la peine. D'ailleurs, il vaut mieux ne pas avoir de grand sujet de discussion à l'heure du déjeuner, tant il y a de bruit dans ce hall ! Nous marchons ensuite jusqu'à Union Square Park, croisons l'incroyable Flatiron Building qui semble fait de carton pâte, et finissons l'après-midi par une dernière séance de shopping : Fishs Eddy pour redécorer la maison, OMG où l'on trouve deux jeans pour le prix d'un, et un tour chez Duane Read pour faire le plein de cosmétiques écolo Burt's Bees. Nous ne pourrons pas, ce jour, atteindre les 20 kms à pied dans la journée, car il est temps de rejoindre l'hôtel pour repartir à l'aéroport.

    Il nous faudra donc revenir pour découvrir Harlem, le Bronx, le Queens, quelques plages... Un beau programme à venir, en somme.

  • JR, I love You #3

    DSC05919DSC05923 

    DSC05928 

    DSC05938 

     DSC05948  DSC05955

    DSC05975 

    DSC05981 DSC05983

    DSC05985 DSC05989 DSC05991

    DSC05998

    DSC06000

    DSC06005

    DSC06007 DSC06012  DSC06017 DSC06018

    DSC06022

    Le soleil brillait fort, le troisième jour. C'était parfait pour notre visite à Ellis Island, passage obligé par la Statue de la Liberté. Nous avions choisi la visite "décalée" de l'île : le Hard Hat Tour, qui permet de visiter les bâtiments laissés à l'abandon réinvestis par le travail très émouvant de l'artiste français JR. La visite - avec casques de chantier - est passionnante ; ne pas oublier de réviser son anglais avant tant il y a de détails à comprendre. De retour sur Manhattan, l'ascenseur émotionnel n'a pas fini de grimper sur le site du Ground Zero, sur lesquelles étaient érigées, avant 2001, les Twin Towers. Aujourd'hui, d'impressionnantes fontaines figurent leur emplacement. Emotion. Nous décidons de déjeuner dans le City Hall Park, tout en fleurs, avant de remonter encore quelques blocks pour atteindre les quartiers de Tribeca, Soho, Noho et Nolita. Le Drawing Center fait office de pause culturelle et la Thompson Street regorge de boutiques vintage. En arrivant à Greenwich village, nous nous arrêtons au Park West 4th Street pour regarder les joueurs de basket s'affronter dans les playgrounds, même si je craque plutôt pour les camionnettes à glaces. Dans la Bleecker Street, Murray's cheese, une incroyable boutique de fromages, côtoie Amy's Bread, une adorable bakery. La brioche à la cannelle et le café frappé seront parfaits pour le goûter. Puis direction le Chelsea market : dans ce marche couvert au look industriel, sont regroupées les meilleures enseignes alimentaires. On y trouve notamment The Lobster Place, qui propose un sandwich au homard accompagné d'un sachet de chips à déguster au comptoir. En toute simplicité ! On monte ensuite sur la High Line, cette ancienne voie ferrée aérienne a été réaménagée avec beaucoup de goût, pour profiter des derniers rayons du soleil. N'ayant pas encore atteint les 20 kms à pieds ce jour, nous filons jusqu'à Times Square à la nuit tombée. C'est une autre vie, une autre ville, des écrans, du bruit, la foule dans tous ses excès. Ça y est, nous en avons assez, il nous faut rentrer. Oh miracle, sur le chemin du retour, Minus Celsius croise notre route : on y prépare sous vos yeux des rouleaux de glace du parfum de votre choix. Si l'endroit ne paie pas de mine, l'expérience est divine ! 

  • Brooklyn, I love You #2

    DSC05867.JPG

    DSC05900.jpg

    Deux fois, nous sommes allés à New York, et pas une nous n'avions marché jusque Brooklyn. La journée #2 faisait donc partie de ma Wish List ! Nous avons débuté par le Botanic Garden, un vaste parc qui regroupe également quelques serres... et beaucoup de touristes japonais. Une bouffée d'air vert avant la pause déjeuner, chez Roberta's cette fois. A croire qu'il n'est point nécessaire de faire trop de pub à l'extérieur, car derrière ce pas de porte bien peu attrayant se cachent une immense salle au look industriel un peu vieilli et une production effrénée de pizzas (délicieuses !). Pour ne pas perdre le rythme de la balade, nous arpentons ensuite les rues alentours, découvrant du graf à tout coin de rue et des petites boutiques comme je les aime : Friends regroupe quelques pièces de créateurs actuels, Risk une sélection pointue de vintage et Fine and Raw du chocolat à n'en plus pouvoir respirer. D'un coup de métro, nous regagnons le "nord" de Brooklyn. Artists and Fleas market est un marché de créateurs plutôt chouette mais très touristique. Il est temps de (re)faire une pause et c'est un donught qu'il nous faut ! Nous sommes prêts à reprendre le métro pour goûter les meilleurs de Brooklyn, chez Dough, et le détour en vaut la peine. Il y a ce petit banc, devant la boutique, en plein soleil, qui le rend encore meilleur. Puis direction le bord de l'eau ; il nous faut retraverser le pont, à pieds cette fois, et il est long... De retour à Manhattan, l'épicerie fine Gourmet Garage fera l'affaire pour le dîner à l'hôtel. 20 kms à pieds, ça use les souliers...

  • New York, I love You #1

    DSC05829DSC05831DSC05832DSC05834

    Nous voilà de retour dans la grisaille et le froid parisiens après avoir passé quatre jours extraordinaires et printaniers dans la Big Apple. Nous avions déjà visité cette ville incroyable en 2002 et 2009 ; nous avons donc décidé, cette fois, de laisser de côté les incontournables sites touristiques pour arpenter les rues à la recherche de nouvelles adresses. Pari gagné : 80 kms à pieds en à peine 4 jours et quelques découvertes, dans la foulée, si vous avez l'occasion de vous y envoler ! 

    Le premier jour, mon appareil m'a joué un tour. J'ai donc marché toute la journée sans pouvoir prendre une seule photo de notre parcours. Je n'ai pas manqué, le lendemain, de garder trace de notre "quartier", à la lisière de Chinatown : en sortant de l'hôtel, nous sommes passés, chaque jour, entre les cartons de légumes et de poissons destinés aux restaurants du coin, avons croisé le camion des pompiers et l'imposante façade d'Obey. Cette première journée, donc, nous avons pris le métro et sommes directement allés au Guggenheim Museum - quelle chance : l'expo Fischli and Weiss était prolongée - puis, en descendant quelques blocks, nous avons visité le MET qui présentait notamment une série d'oeuvres non terminées. Pour le déjeuner, il nous fallait du burger hype et c'est dans le hall du Parker Meridien que la bonne adresse est secrètement gardée : le Burger Joint se cache derrière un grand rideau mais une fois passée la petite porte, c'est dans une ambiance très animée qu'on mange un des meilleurs burgers de NY. Requinqués, nous avons descendu Broadway, l'Amoureux ayant quelques emplettes à faire au NBA store. Trop de bruit et trop de foule nous ont pourtant poussés à reprendre le métro jusque Canal Street qui marque la frontière du charmant quartier de Soho, plus calme, plus huppé, mais néanmoins animé. Une pause chez Olive's s'imposait : lemonade et cookies maison, à avaler sur le pas de la porte en regardant les badauds passer. Le temps de marcher encore jusqu'à Chinatown et l'envie de dîner (et de s'asseoir !) était déjà là : le Egg Shop était l'endroit parfait après cette longue journée. 20 kms à pieds au compteur. Jour #2 à venir.

  • Street bavoir

    DSC05577.jpg

    Ce bavoir aux airs de street art était pour Owen, un petit garçon que je ne connais pas mais qui va être sacrément stylé en buvant son biberon, je n'en doute pas !

    C'est l'occasion, sans transition, de vous signaler que je m'envole quelques jours vers la Grande Pomme. Au programme : expos, burgers et repos relatif, puisque l'expérience londonienne a prouvé que le trek citadin, c'est éreintant, finalement. Je vous promets donc, à mon retour, un reportage en bonne et due forme ! 

  • Tulipes du marché

    DSC05787.jpg

    Le soleil peine à percer, la chaleur ne parvient pas encore à nous inviter à rester dehors. Je repousse donc encore une fois la première tonte de pelouse (un de mes kiff quand il fait beau). Et je me console avec ce bouquet de tulipes acheté chez ma petite productrice de fleurs préférée sur le marché. Elles amènent un peu de chaleur dans la maison, en attendant les vrais beaux jours.

  • Teinture végétale

    DSC05824.jpg

    Lire la suite

  • Brocante de printemps

    DSC05766

    DSC05770

    DSC05772

    Ce dimanche doux et ensoleillé a sonné le début des brocantes, ici et là. Que de monde dans l'allée pour traquer la bonne affaire. Suis-je plus difficile ou alors le choix était-il moins alléchant ? Toujours est-il que je n'ai pas trouvé grand chose, ce matin, mais ne pouvais décemment pas repartir les mains vides. Cette jolie cloche en verre était parfaite(ment inutile) ! J'ai acheté en sus deux succulentes, pour remplacer celles que Panpan, alors en manque de printemps, avait croqué. Histoire de la mettre en scène, j'ai testé la recette de gâteau à la betterave tirée du très chouette livre Les nouveaux gâteaux au yaourt. Sur l'assiette vintage colorisée par Miss Stéphanie, alias Marie Lloyd, ma cloche était absolument parfaite !

  • Photographies brodées d'histoires

    DSC05749

    DSC05753DSC05752DSC05758DSC05760DSC05761DSC05762DSC05763

    Lors d'une escapade à Avignon, j'avais acheté ce lot de vieilles photos sur une brocante de quartier. Certaines ont déjà fait l'objet de collages à partir de décalcomanies trouvées au même endroit. Il me restait celles-ci et l'envie de me raconter d'autres histoires. De fil en aiguille, j'ai eu envie de broder ces images anciennes : du fil argenté dans les jets d'eau, sur la rivière ou le lac ; une silhouette sur le macadam, qui semble retenir l'attention des passants amassés sur le bord de la route ; une inscription à la bombe sur le muret de cette jolie demeure... Ou comment redonner une autre histoire à ces photos vieillies et anonymes.

  • Boots dorées

    DSC05710
    DSC05701
    DSC05700 DSC05704DSC05703
    DSC05709DSC05712DSC05713DSC05718

    C'est ma paire de boots préférée, et pourtant il lui manquait un petit "je ne sais quoi" pour la rebooster un peu. En rangeant, je suis tombée sur une boîte de copeaux à dorer, jamais utilisée. Le flash ! Après avoir vernis puis bien essuyées mes chaussures, j'ai appliqué de la colle forte (Néoprène, ici, mais peut-être une colle vernis ou colle à bois serait-elle plus adaptée, sur le cuir), avec un pinceau, sur divers endroits de la bottine. Et j'ai posé les copeaux jusqu'à les coller complètement. Prise dans mon élan, j'ai fini par vider la boîte sur les zones de colle. Il y avait des copeaux partout, sur le bureau et au sol, assez magique, carrément magnifique, hyper volatiles, ces copeaux, que je retrouve encore sous les meubles... Une fois que tout a séché, j'ai appliqué un imperméabilisant, histoire de fixer le tout. Avec le temps et l'usure, les plaques dorées vont finir par se patiner. J'en remettrai peut-être une couche (d'or). En attendant, on regarde mes pieds, quand je vais me promener. On devrait toujours avoir une paire de chaussures dorées les jours où on a une sale tête !

  • C'est le printemps !

    DSC05719 

    DSC05721 DSC05722 

    L'arrivée du printemps a pourtant un petit goût d'hiver, encore. Alors faute de pouvoir passer la journée dehors, on a préparé des cinnamon rolls, dont la précieuse recette m'a été donnée par Miss Lloyd il y a quelques temps. La cannelle a embaumé toute la maison, et on attend avec impatience l'heure du thé pour pouvoir déguster ces jolies brioches. L'hiver a du bon, parfois...

  • Miniartextil ou l'art du tissage

    DSC05664DSC05670DSC05671DSC05672DSC05676DSC05682DSC05695


    DSC05697

    L'exposition Miniartextil, actuellement présentée à Gif-sur-Yvette, est une petite merveille en son genre. Le textile y est à l'honneur et on comprend vite que le tissu n'est pas unique en la matière : fil métallique, fibre d'ananas, lin, riz, tout se prête au tissage pour devenir textile. L'association Arte&Arte, à l'origine du projet, explore ainsi chaque année l'art textile à travers un thème. Cette année, l'invitation à table est déclinée via une cinquantaine d'oeuvres en mini-textiles éblouissantes de minutie et quelques installations spectaculaires. Une source d'inspiration nourrissante, dans tous les sens du terme !

  • Bavoir ciré, légumes frais

    DSC05574


    DSC05573

    DSC05575

    Avec ce temps printanier, j'ai des envies de jardin, de pique-niques, de fruits et légumes nouveaux, bref, de renouveau. Ce bavoir en toile cirée est, certes, destiné à un Baby qui ne mangera d'abord "que" de bonnes compotes et purées, mais qui découvrira vite, j'en suis sûre, le plaisir de croquer à pleines dents... dans les jouets de la dinette, avant de se mettre en bouche pour du sucré, du croquant, de l'acidulé ; je m'égare. Une chose est sûre : un coup d'éponge et le bavoir redevient comme neuf. C'est la maman qui va adorer !

  • Poupées à coudre

    DSC05625DSC05628DSC05630DSC05631

    Vu dans le dernier Marie Claire Idées, un livret de patrons de poupées aux looks assez surprenants mais néanmoins craquants ! Aïnhoa, convalescente, m'a commandé Célestine, la "lapine-petite fille". Puis nous avons craqué pour "Fleur de printemps", petite indienne qui ressemble tant à Yakari, l'Indien animé de mon enfance, et que mon petit neveu Victor aime tant. Ces modèles sont parfaits pour utiliser les coupons de tissus, feutrine et boutons solitaires. Il y a encore une douzaine de modèles à coudre ; j'attends impatiemment de nouveaux prétextes pour m'y mettre !

  • L'organiser de table à langer

    DSC05587DSC05588DSC05589DSC05590

    C'est une commande que m'a passée Miss Hélène pour son (très futur) baby : un organiser de table à langer. C'est le panneau à pochettes dans lequel on glisse coton, crème, petits ciseaux, bref, toutes petites choses indispensables au moment du change. J'espère que cette réalisation sur-mesure sera du goût de la maman.

  • La pochette en goguette

    Belette_PochetteBiches_01Belette_PochetteBiches_02Belette_PochetteBiches_03Belette_PochetteBiches_05

    La pochette Biches en situation, dans un paysage blanc ou sur une étagère vintage, c'est le plus chouette des clins d'oeil qu'on puisse me faire. Merci à Miss Cha et à Nils pour ces photos. Et n'hésitez pas à partager vos moments Belette avec moi : c'est agréable de voir que mes bricoles vivent leur vie, en quittant ma machine.

  • Bresse et neige, donc

    DSC05551DSC05558

    C'était une escapade en Bresse. De la campagne, bien verte, nous sommes allés à la montagne, bien blanche. Balades, ski de fond, raquettes et luge ont été au programme (sportif) de ce long week-end, la forêt était magnifique, le vent froid et le feu de cheminée salvateur, en rentrant. Escapade brève mais revigorante. Nous voilà prêts à repartir d'un bon pied !

  • La pochette canevas

    DSC05500

    DSC05501

    DSC05503

    DSC05508

    Après le délire robe et jupe, il me restait une bande assez large de mon grand canevas. C'était précisément ce qu'il me fallait pour coudre une pochette grand format, pour les 30 ans de Miss Cha. J'ai ajouté une doublure en Liberty dans les mêmes tons et laissé la bordure brute du canevas, imprimée "Les Biches". "Où sont-elles ?", m'a demandé Aïnhoa. Sur le plastron de ma robe, il est vrai. Ce canevas aura fait de l'usage, comme dirait ma grand-mère. Heureusement, les vacances sont là et il y aura sûrement un petit Emmaüs à caler dans notre périple en Bresse.

  • La Réserve des arts

    DSC05473DSC05475

    Depuis le temps qu'on en parlait, de cette Réserve. Motivée par Miss Stéphanie, nous sommes enfin allées jusqu'à Pantin, où se trouve cet endroit incroyable. Ce grand entrepôt, planqué dans une rue, pourtant peu prometteuse, recèle des trésors. "La Réserve des arts est une association qui récupère des rebuts et chutes de matériaux dans les entreprises, les valorise et les revend aux professionnels de la création. Elle répond à un triple objectif : réduire durablement les déchets, soutenir le secteur culturel et promouvoir le réemploi." Au top, quoi. J'imagine que les stocks changent souvent, en fonction des périodes et des matériaux récupérés. Cette fois, nous avons été subjuguées par un lot de peaux de cuir colorées, à des tarifs défiant toute concurrence. Des coupons sont vendus au poids. On peut aisément se fabriquer une pochette ou un plastron de cuir pour moins d'un euro. Une condition, cependant, pour pouvoir acheter : faire partie du secteur culturel, en travaillant dans une institution, en étant artiste ou étudiant en art, par exemple. Une adhésion à l'année permet ensuite de faire partie de l'association et d'avoir accès aux stocks. Une démarche écologique, intelligente, source d'inspiration, comme je les aime !

     

  • La veste Torero

    DSC05465

    DSC05466DSC05467DSC05469DSC05479

    C'est un stock de petits canevas que m'a donné Miss Kentucky, suite à mon toc des derniers mois : la robela jupe, et même la veste. J'en ai donné aux copines et me suis demandée ce que j'allais faire du reste. Très jolis mais petits, colorés, ils vont souvent par deux. Ce devait être des petits exercices de canevas, à l'école (?). Et puis deux d'entre eux ont trouvé leur place sur ma veste bordeaux, dénichée dans un Emmaüs il y a quelques années. Je les ai cousus avec du fil de pêche, en guise d'épaulettes. Et je vais au bureau habillée en petit torero. Mon côté espagnol : Olé !

  • Week-end à Londres, jour 3

    DSC05432

    DSC05434

    DSC05435

    DSC05436 

    DSC05437

    DSC05438

    DSC05439

    DSC05440

    DSC05441 

    DSC05445

    DSC05447

    DSC05448

    DSC05449

    DSC05451

    DSC05452

    DSC05453

    DSC05454

    DSC05455

    DSC05456

    DSC05457

    DSC05458

    Après la pluie, le soleil, fais mais franc. Nous avons donc pu nous balader dans le Columbia Road Flower Market, ravissant marché aux fleurs du quartier. Petits commerçants seulement, fleurs en abondance et café à tous les coins de rue. J'ai acheté quelques bulbes de tulipes que je planterai dans notre jardin, souvenir qui nous rappellera dans quelques semaines ce délicieux week-end. Nous sommes tombés par hasard sur le Campania / S. Jones qui propose un petit déjeuner salé ou sucré à base de produits maison, pains généreux et jus de fruits frais. En repartant, le travail de Rebecca Louise Law, exposé dans un appartement-galerie, m'a tapé dans l'oeil ! Avant de reprendre l'Eurostar, et histoire d'avaler encore quelques kilomètres à pieds, nous sommes partis à la recherche de quelques fresques murales, aux quatre coins de Shoreditch. Londres était colorée, Londres était belle, Londres était bien barrée, comme on l'aime ! 

  • Week-end à Londres, jour 2

    DSC05387
    DSC05384
    DSC05397DSC05398DSC05399
    DSC05400DSC05402DSC05406DSC05414DSC05416DSC05417DSC05419DSC05421DSC05460DSC05426

    Après une bonne nuit de sommeil, le deuxième jour a débuté par un petit déjeuner chez Hurwundeki, où l'on peut se restaurer, se faire couper les cheveux ou tout simplement rêvasser dans une ambiance brocante-retro. Puis direction la Serpentine Gallery qui expose en ce moment les très grands formats de Michael Craig-Martin ; dans la Saatchi Gallery, nous avons pu voir un mur de casseroles pour le moins fascinant ! Londres étant connue pour sa food-fusion, nous déjeunons chez Rum Kitchen : ambiance colorée, plats épicés. En guise de dessert, un tour chez Liberty, toujours source d'inspiration et souvent de frustrations, je l'avoue. La Photographers' Gallery nous remet les idées en place avec une exposition sur les soulèvements en Irlande en 1916. Je craque pour un autre cliché de Saul Leiter. Covent Garden, Soho, puis Shoreditch, nous essayons d'éviter les foules pour rentrer dans notre quartier. Cette fois, le Craft Cocktails nous propose un Hiesenberg et un Punch surprenants. Pour finir la journée, le veggie burger tombe à pic : il se mange avec les doigts au Just F.a.B., un "double-decker" rouge désaffecté. Dehors, il pleut à verses, c'est une soirée parfaite !

  • Week-end à Londres, jour 1

    DSC05362DSC05369
    DSC05363DSC05366DSC05370DSC05374DSC05380DSC05381

    Par où commencer ? Parler de la nécessite de partir en week-end sans enfants, ou de l'envie, tous les ans, de découvrir de nouveaux recoins de Londres ? Un mix des deux, sans doute. Toujours est-il que nous avons déposé les kids à l'école, vendredi, et avons pris l'Eurostar (merci les grands-parents !) pour profiter, jusqu'au dimanche, de la vie londonienne. Nous avons arpenté les rues - 33 kms en à peine trois jours - et quelques bonnes adresses, que je vous livre en trois étapes.

    Vendredi, après avoir déposé nos valises à l'hôtel RE, dans le très chouette quartier de Shoreditch, nous avons déambulé dans les ruelles à la recherches de street art. Entre deux fresques murales, une petite galerie étrange, dont je n'ai malheureusement pas le nom. Direction, ensuite, la Tate modern avec, en ce moment, l'exposition Calder. Nous en avons profité pour re-re-voir les collections permanentes avant de prendre le teatime à la cafétéria du musée : Coca à l'ancienne et scones&cream, une merveille ! Avant le dîner, à la Japanese canteen, nous avons pris un verre chez CraftCocktailCompany, à la playlist musicale tout droit sortie des années 90, dixit Mister O. Wonderful day one... To be continued.

  • La cape de bain

    DSC05351 

    DSC05353 

    DSC05354

     DSC05356

     DSC05358

    La cape de bain est un des premiers articles que j'ai réalisé et mis en vente, lorsque j'ai créé mon blog. Mes enfants étaient petits, Aïnhoa n'avait que quelques mois, et cela faisait partie des accessoires que l'on utilisait tous les jours. La cape de bain, c'est la serviette avec capuche que l'on utilise pour les bébés, à la sortie du bain. On leur met la capuche et on les enroule de la serviette. Pratique ! J'en ai cousu quelques unes mais depuis que je n'en utilise plus, j'avoue avoir laissé cet indispensable de côté. Heureusement, il y a les copines, qui font encore des bébés. C'est le cas de Miss Mélanie, que je n'ai pas vue depuis le lycée, et qui m'a demandé de lui en coudre une pour son très prochain bébé. Je l'ai fait avec plaisir. Il me restait un coupon de tissu San Francisco ; j'ai acheté, pour l'occasion, un tissu "nid d'abeille" en coton bio. C'est doux et c'est beau. On n'attend plus que le bébé. Come on !

  • Cappuccino au chaud

    DSC05338DSC05343DSC05346DSC05347

    Profiter du week-end pour lire les (vieux) journaux en buvant des (grands) cappuccinos. Mais dans ces grands verres, le café brûlant n'est pas toujours facile à boire. Alors j'ai tricoté pour mon verre un couvre-tasse, repéré sur le blog de Weareknitters. Celui-ci est peut-être un peu trop haut, mais il garde et mon café et mes mains bien au chaud.

  • Bavoir et lange Baby

    DSC04812

    DSC04813DSC04814

    C'était un deal pour Miss Colombe : un bavoir contre un coupon. Joli tissu, en somme, plutôt kawaï-retro, si je devais résumer. J'ai donc fait un bavoir pour Armand, éponge de bambou bio au verso. Et il me restait encore un carré du coupon. J'ai donc complété par un petit lange carré, recto-verso comme le bavoir, parce que Miss Colombe et Mister PG ont toujours un petit lange dans la poussette d'Armand pour essuyer élégamment la bouche de leur fiston. Et qu'ils aiment les belles choses... Je trouve finalement que ce petit carré est précisément le bon format, bien plus esthétique qu'un grand tissu qui traîne partout. A suivre, donc, une série de langes carrés. Les commandes spéciales sont souvent sources de bonnes idées !

  • La blanquette du dimanche

    DSC05331

    DSC05324

    DSC05337

    DSC05325

    DSC05335

    DSC05333 

    Le dimanche, on prend le temps. De tout. Et notamment de cuisiner. Parce qu'on passe la semaine à se presser, à courir, à se dépêcher. Le dimanche, je sors ma grosse cocotte en fonte et mon "Ginette", la bible des bouquins de cuisine, que j'ai toujours vue chez ma grand-mère et chez ma mère. Et je prépare un "truc qui mijote", parce que ça embaume la maison, que ça cuit tout seul, que les "glou-glou" continus pendant deux heures me rappellent la cuisine de Mémé qui, elle, n'a l'habitude que de ça : faire des bons petits plats. Les enfants trépignent un peu, demandent "quand est-ce qu'on mange" et "huuummmm ça sent bon". Et avalent en à peine vingt minutes le truc qui mijote depuis plus de deux heures. Victime de son succès. Aujourd'hui, c'était blanquette de veau, avec le veau de Pépé. Un de mes plats favoris, moi qui ne mange presque jamais de viande. Et puis on prend le temps de digérer. Jusqu'à l'heure du goûter. C'est bon de prendre le temps.

  • La chemise de l'Amoureux

    DSC05309

    DSC05083DSC05081DSC05310DSC05311DSC05316DSC05318

    C'était en projet depuis décembre, ce devait être le cadeau d'anniversaire... Et puis mauvais choix de patron, tissu pas terrible, incompréhension des explications. Bref, j'ai capitulé. Et par hasard, je tombe sur le patron de Miss Lemonade, dont les explications me semblent claires et la réalisation à portée d'aiguilles. L'Amoureux a choisi le tissu et j'ai fait au mieux. Je suis particulièrement fière des boutonnières, dont je me faisais tout un monde. Il suffisait de relire le mode d'emploi de ma machine et de m'appliquer. Résultat satisfaisant, Amoureux encore plus beau qu'avant !