Le blog de la Belette - Page 5

  • La boutique de la Belette

    DSC01492DSC01494DSC01496

    Motivée par ce vent nouveau, je profite de ce week-end pour mettre à jour la boutique en ligne. Quelques nouveautés, des accessoires qui n'étaient pas mis en valeur sur l'ancien blog, pochettes, snood, cols claudine, et même noeuds papillon. Tout un programme !

  • 2016 et un nouveau site pour la Belette !

    Quoi de mieux que de commencer l'année en beauté avec un nouveau site pour la Belette ?! Retrouvez-moi désormais sur Le blog de la Belette sur lequel je poursuis dorénavant mes aventures, mes articles, mes coups de coeur, mes bricoles et mes brocantes. 

    J'ai hâte de vous y retrouver !

  • Quand Aïnhoa coud...

    Aïnhoa a commandé au Père Noël une machine à coudre. En fait, quelques jours avant les fêtes, Allison nous a gentiment donné une petite machine d'occasion... que nous n'avons malheureusement pas su faire marcher. Grande déception de ma fille, à laquelle sa grand-mère a pu remédier les jours suivants. Car oui, cette petite machine (Nature & Découvertes) coud vraiment, comme une grande. Il faut mettre quelques réflexes de côté quand on est habituée à sa Singer mais elle est hyper simple d'utilisation, j'en conviens. Son arrière-grand-mère a complété le cadeau avec un lot de coupons et quelques bobines de fils. L'excitation était à son comble ! Nous avons donc passé une partie de l'après-midi à coudre, entre mère et fille, moi sur la chemise Simon de MML et elle sur sa première pochette. J'avoue que la chemise n'a pas beaucoup avancé, mais la pochette, elle, est terminée ! Ce nouveau "jouet" nous promet plein de projets en commun. 

  • Le Crozet

    Trois jours à la campagne, dans la Bresse, au Crozet, plus exactement. Et toujours les mêmes photos, depuis des années, dans les mêmes endroits. Il y a le jardin, le pré des vaches, l'écurie, la grange... A chaque fois, tout est à sa place, tout me semble hors du temps, immuable, depuis 37 ans. On voit pourtant que les enfants grandissent et que leurs arrières-grands-parents vieillissent, presque imperceptiblement. D'ailleurs, cette fois, le tracteur a un problème de joint de culasse. Alors je reprends encore les mêmes photos, parce que je ne me lasse ni de ces endroits ni de mes modèles. Parce que ça ne durera pas éternellement et qu'il faut profiter du temps présent. Pleinement.

  • Forêt

    Prendre l'air, respirer, écouter le silence de la forêt, marcher, tendre l'oreille pour surprendre les gazouillis des oiseaux. Et se diriger peu à peu vers les derniers jours de l'année...

  • Noël, cadeaux à volonté

    Noël est passé : grands et petits ont été pourris gâtés, ici, là et encore là-bas. Nous avons pris plaisir à choisir, pour chacun, le présent approprié. C'est plus ou moins bien tombé, mais le repas était délicieux et plein de joie. J'ai reçu, de mon Amoureux, ce magnifique cadeau, complété quelques jours avant par ma très chère amie Stéphanie : deux travaux de Lyndie Dourthe, une artiste plasticienne dont le travail m'inspire et me plaît depuis de nombreuses années. Je crois que j'ai été la plus gâtée, cette année.

  • Biscuits de Noël

    Un de mes moments préférés, à Noël, c'est la confection de biscuits que l'on mange avec plaisir au goûter, le 24, en attendant le soir, puis avec gourmandise, le soir, et avec bonheur les jours qui suivent. Ils ne durent en général pas bien longtemps. Je les fais avec les enfants, qui adorent mettre la main à la pâte et encore plus dans la pâte. On teste chaque année une nouvelle recette glanée par ci par là. Je les fais aussi tous les ans pour mon "petit frère" qui n'est plus si petit que ça mais qui les aime toujours autant, en souvenir des Noël passés.

    Cette année, nous avons testé deux nouvelles recettes.

    Les sablés à la cannelle, sur le blog d'Equinoxe, qui regorge par ailleurs de superbes recettes.

    Et les biscuits Rennes de Noël qui, chez nous, ont pris l'apparence de toute une ribambelle de figurines : sapins, coeurs, lapins, étoiles... trempées dans le chocolat une fois cuites.

    Testés et approuvés par toute la famille. Le Père Noël aura les siens ; le lapin risque d'y goûter dans la nuit. Et moi je peine à en garder quelques-uns pour la soirée... Joyeux Noël !

     

     

     

     

  • Tutus de fête

    Je suis encore en retard pour les derniers cadeaux de Noël mais les tenues sont prêtes pour les fêtes ! Des tutus, en toute simplicité, pour la mère et la fille. Tuto-tutu repéré sur le blog de Make my lemonade, conseils avisés de Miss Lloyd, y'a plus qu'à ! J'ai acheté 5 mètres de tulle noir chez Toto, de la doublure, tout déballé dans le salon et hop là ! Un morceau de ruban argenté pour les cheveux, des boots ou des talons, une bonne paire de collants, et ça fera la soirée de Noël + réveillon. Vite, aux cadeaux, maintenant !

  • Tricot et petits cadeaux

    Panne d'inspiration, cerveau pris par le marasme ambiant, beaucoup de travail et de nouveaux projets en cours... bref, la Belette a du mal à se remettre à ses créations, le soir. Et puis j'ai eu quelques commandes pour Noël, j'ai ressorti mes grosses aiguilles, de la jolie laine très douce et très lumineuse, et l'envie de faire mille choses ! Il me reste des articles en stock (snood, pochettes, ceintures, broches...) pour vos cadeaux de fin d'année, des bricoles faites avec patience et amour, le soir, quand tout le monde dort... Et c'est en boutique. Sinon, contactez-moi, j'ai encore le temps d'exaucer quelques-uns de vos désirs !

  • Life goes on !

    Pour se mettre un peu de baume au coeur et refaire signe, après tout ce temps. La vie continue, profitons-en !

  • Box Mum&Baby

    Quand une box est emballée, ça donne ça : un joli paquet coloré ou étoilé, une belle carte postale à écrire, et une petite carte La Belette pour la touche finale. Pour le contenu, vous le savez déjà, c'est du sur-mesure à chaque fois. 

  • Diorama "Muffin Time"

     

    Pour faire simple, le diorama est une boîte contenant un décor en volume. Je n'en avais jamais entendu parler jusqu'à cet article dans le dernier numéro de Flow magazine. Né en Amérique latine, le diorama a ensuite essaimé aux Etats-Unis puis en Europe et a connu un grand succès au XIXème siècle. On peut y mettre des objets, des collages, des cailloux ou des coquillages, l'idée étant de recréer un petit univers qui raconte une histoire, un souvenir, une émotion. J'ai adoré l'idée ! Je garde quantité de boîtes en carton qui, me dis-je toujours, un jour resserviront... Cette fois, j'avais trouvé de quoi faire avec ! Une jolie boîte Birchbox, du papier rétro, une boucle d'oreille solitaire, des fèves en métal, un couvercle de boîte en verre, du biais Liberty : j'ai trouvé dans mes affaires de quoi créer une atmosphère de salon de thé d'antan. La boîte se ferme, cache ses secrets, et puis, une fois ouverte, dévoile une toute petite scène qui me rappelle des histoires d'enfance ou des rêves sucrés. Ma fille adore, je crois que moi aussi.

  • Robe Biches

    Dans la série canevas, il y a encore la robe biches. Le modèle de la robe/blouse Areli proposé par la République du chiffon était parfait pour mettre en valeur, sous forme de plastron, le motif phare de mon canevas. Après avoir réalisé la jupe, il me restait un grand pan de canevas et assez de lainage pour me faire une robe. Le passepoil doré, c'est la touche finale parfaite, me semble-t-il. Les biches ont enfin trouvé leur place. Et j'ai encore de quoi bricoler coudières, pochette, broche ou que sais-je dans le morceau qu'il me reste... Affaire à suivre, donc. En attendant, si vous dénichez des canevas dans les brocantes, jetez-vous dessus ! On en fera quelque chose.

  • Paul et les moutons

    La famille s'est agrandie d'un joli Paul, cousin et neveu. Il était attendu depuis de nombreuses semaines, notamment par sa grande soeur, Cerise. Je doute qu'il soit un jour berger ; j'ai néanmoins craqué pour ce tissu à motif moutons pour lui coudre un bavoir tout doux et un sac "range-tout". Pour le moment, il dort, il dort, il dort comme un petit ange... sauf la nuit, nous a-t-on dit.

  • Veste cerf

    Dans la série canevas, la veste marque des points. Ce grand cerf chiné chez Emmaüs a trouvé sa place sur le devant de ma nouvelle veste fleurie, cousue pour l'occasion (patron Bernadette chez République du chiffon). J'avais déjà fait une version plutôt Jean Paul Gaultier. Celle-ci pourrait être une version Kenzo, très colorée et doublée de rose fuchsia. Je l'avoue, pas toujours facile à porter mais en Belette qui se respecte, j'assume sans problème. En tout cas, elle fait à chaque fois causer !

  • Ceinture canevas

    C'est le genre de truc qu'on déteste quand on est petit, encore plus quand on est ado, et qu'on déteste parfois toute la vie, finalement. Et puis à un moment donné, on le voit peut-être différemment. C'était donc le fameux canevas acheté chez Emmaüs il y a quelques jours, déjà. J'avais envie de l'incruster dans un vêtement... pas forcément évident. Sur les conseils avisés de Miss Stéphanie, je décide d'en faire la ceinture de la jupe Vanessa Pouzet, déjà réalisée en coton version été. Cette fois, j'ai acheté un joli coupon de lainage noir et un passepoil doré pour rehausser le tout. Je n'ai coupé qu'une bande du canevas, car j'ai encore en tête un projet avec un plastron, il m'en faudra donc encore un morceau. A suivre, donc. 

  • Box Mum&Baby #7

    Cette fois, je n'ai aucun indice sur ce bébé mystérieux : fille ou garçon ? prénom simple ou composé ? Mais la panoplie bavoir + ceinture, très printanière, me laisse imaginer que la maman aime les fleurs et les couleurs. En boutique et sur-mesure !

  • Pestacles en famille et en amoureux

    Image Dailymail

    La rentrée a bel et bien commencé et avec elle, son lot de sorties au "pestacle" ! Tous les ans, c'est ce qui me motive pour ré-attaquer le mois de septembre. Il faut dire que la région parisienne offre son lot de sorties avec ou sans enfants, alors profitons en ! Nous avons commencé cette après-midi avec le spectacle de lancement du CRÉA à Aulnay-sous-Bois : Singing in the train est une comédie musicale gaie et enlevée au rythme d'extraits choisis parmi les grands classiques du genre. Un régal ! Nous poursuivons la semaine prochaine avec un ConcerTea au Théâtre du Châtelet. Je suis assez fan de ce format : une heure de concert dans la matinée (ConcerTôt) ou l'après-midi (ConcerTea) pour les grands et les petits. La programmation est très riche et surtout très abordable (5€ la place pour les enfants). Musique classique, pièces plus modernes, on y trouve toujours son compte. Pour des sorties en amoureux, j'ai craqué, entre autres concerts, sur le wonder.land mis en musique par Damon Albarn. Bref, ça nous mène jusqu'en juin. Le temps des vacances, presque...

  • Chemise d'homme à ma taille

    C'était une très grande chemise d'homme très grand. Et moi, avec mon petit gabarit, j'avais quand même envie d'en faire quelque chose à ma taille. Alors un coup de ciseaux sur le col (à garder pour plus tard), deux coups de ciseaux sur les manches, et un grand découpage en bas. Et un système de pliage-froissage au niveau du dos pour en diminuer la taille. Comme on dit, "et voilà le travail !"

  • Blouson Rosa en bleu de travail

     

    La folie "patrons" continue et j'ai cette fois jeté mon dévolu sur un petit blouson aux formes très Balenciaga trouvé dans le dernier numéro Burda. Numéro spécial "modèles vintage, modèles rétro", il n'en fallait pas plus pour que je l'achète. J'adore les formes de cette époque, les coupes, le style, la classe, quoi... Mon petit blouson Rosa à moi a son caractère bien à lui puisque je l'ai coupé dans une grosse toile "bleu de travail", qui me fait penser aux vestes et pantalons de mon Pépé, et une doublure en coton fleuri déniché dans un Emmaüs, tissu qui me rappelle les tabliers de ma Mémé. Voilà pour la partie concept-corde sensible. Pour le reste, à vous de voir en images, même si je suis encore incapable de me prendre correctement en photo. Il tombe vraiment bien, il me permet d'épingler mes gros badges russes vintage et pour la mi-saison, c'est canon.

  • Histoires de mains

    Les mains de ma grand-mère m'ont toujours fascinée. Elles savent tant faire : traire, coudre, jardiner, cuisiner, tricoter, plumer les poulets, crocheter, écrire, coiffer... Elles savent tant faire qu'elles portent aujourd'hui la trace de tout le travail accompli. Cet été, Mémé a sorti un carton de dentelles, gants, napperons, cols, tout un tas de menus travaux qui ont nécessité tant de temps, de patience, de minutie et de dextérité que le contraste avec ses mains tortueuses m'a frappée. J'ai décidé de prendre en photo ces mains encore habiles mais plus lentes, désormais, ces mains qui brassent cette dentelle si délicate. Et puis j'ai vu, au Monastère de Brou, la série de photographies des mains de Louise Bourgeois, dont je trouve juste une image sur ce blog-là. Des mains d'artiste, tortueuses elles-aussi, des mains qui ont créé et qui ont sûrement fait souffrir l'artiste, à ce moment-là. Mains d'artiste, mains de paysanne, ce sont simplement des mains de femme qui racontent leur vie. Et j'aime ces histoires.

  • Box Mum&Baby #6

     

    Cette Box#6 était destinée à deux princesses, Romane et Elodie, qui seront désormais assorties de rouge et de rose. Même dans les cheveux, on ose ! Sur commande et en boutique.

  • C'est la rentrée !

    C'est la rentrée ! Après deux longs mois d'été, de glaces, de jeux et de bagarre, les petits ont retrouvé le chemin de l'école et nous un rythme un peu plus soutenu en terme d'organisation. A voir leurs mines réjouies ce matin, j'ose espérer que l'année va plutôt bien se dérouler. J'adorais, petite, la rentrée des classes, et pour une raison bien particulière : les fournitures scolaires. Avoir de nouveaux cahiers, crayons... et l'agenda à remplir, moi, ça suffisait à me donner envie de retourner en classe. Il y avait aussi et surtout les copines, mais ça c'est une autre histoire. Donc, chaque année, en souvenir de ce temps passé, je m'achète un petit agenda tout basique que je customise avec des images qui me feront sourire tout au long de l'année. J'ai déjà écrit un petit mot à ce sujet l'an passé, je réitère cette année. Pas besoin d'autre chose que de coupures de journaux/magazines, quelques photos, des timbres, du masking tape, bref, ce qui vous fait envie. Une paire de ciseaux, de la colle et du protège-livre autocollant. Cette rentrée, je craque pour une photo d'Ernest et quelques fleurs de Lyndie Dourthe glanées dans le dernier Flow magazine. Et le tour est joué !

  • Passion succulentes

    J'ai craqué. J'ai racheté des succulentes et une maisonnette en verre en guise de terrarium. Faut dire que Panpan en a boulotté encore deux trois les derniers mois. Il adore ça. Moi aussi !

  • Box Mum&Baby #5

     

     

     

    Le petit Hugo est né sur l'Ile de la Réunion, me dit-on. Je ne sais pas s'il y verra des moutons paître sur l'herbe verte, même s'il enfile la paire de lunettes-sautoir de sa maman. Pour le moment, il en a un troupeau sur son bavoir en bambou bio et en coton tout doux...

  • Art contemporain au Monastère de Brou

    Nous avons profité de notre passage en Bresse pour faire une halte culturelle au Monastère de Brou, à Bourg-en-Bresse. Nous y allons presque tous les ans car l'endroit est magnifique et le cloître, chef-d'oeuvre du gothique flamboyant, raconte à lui seul mille histoires. Cet été, cependant, nous y sommes venus pour une raison précise : près d'une cinquantaine d'artistes contemporains investissent les lieux et revisitent les thématiques de l'amour (Eros) et de la mort (Thanatos). Installations in situ et oeuvres disséminées sur les murs du monastère sont autant de récits qui invitent à porter un regard neuf sur le monument. Coups de coeur pour les jeux de miroirs de Joël Paubel et de Marie-Hélène Richard qui crée une envolée de fleurs tombales. Une exposition à voir absolument sur la route des vacances !

  • Bresse : la fin des vacances

    Quelques jours à la campagne... Ne pas effrayer les poules, courir après le chat, cueillir les tomates, arracher des feuilles d'oseille, croquer des petits concombres. Sentir les fleurs, se demander si le chou en est. Monter sur le tracteur, peindre des cailloux. Respirer. C'est encore un peu l'été.

  • Cousette : le chemisier fleur

     

     

    Dernière cousette en date : le chemisier Rose, acheté chez La République du Chiffon. Le niveau était un peu plus difficile que mes essais couture passés mais grâce aux conseils de Miss Lloyd et au coup de pouce de Miss Elise, je m'en suis plutôt bien sortie. Les pétales du col font toujours leur petit effet, surtout auprès de ma fille, le décolleté est assez agréable à porter, la coupe est légère, féminine et décontractée. Bref, j'adore ! Quant au tissu, c'est un coton bio, un des derniers coupons de Mes jolis tissus, raison de plus pour craquer complètement sur ce modèle estival !  

  • Adios, Amachi

     

     

    On l'appelait "Amachi". Petite, j'ai longtemps cru que c'était son prénom, qui s'accordait d'ailleurs parfaitement avec celui de son mari, "Aïtechi". Puis j'ai appris, un peu déçue, je dois dire, qu'elle avait un "autre" prénom : elle s'appelait Carmen, et lui, Pedro. Nous les appelions sans le savoir "grand-mère" et "grand-père" en basque ; ils étaient espagnols. Amachi s'est éteinte cette semaine et a donc rejoint son mari, parti il y a quinze ans maintenant. Elle nous avait, comme tous les ans, conviés dans son village pour les fêtes et s'est éteinte quelques jours avant le feu d'artifice. Que nous sommes quand même allés voir, parce qu'elle aimait nous savoir "profiter" et ne jamais perdre une occasion de passer un bon moment. Cette fois, j'ai regardé les explosions de couleurs en pensant à tout ce qu'elle nous laissait : sa joie de vivre, sa bonne humeur, son optimisme, sa bienveillance... A presque quatre-vingt-quinze ans, elle avait le droit de partir enfin mais je regrette néanmoins de ne plus avoir l'occasion d'entendre l'accent si touchant de celle qui a passé plus de la moitié de sa vie en France tout en conservant son identité et ses particularités espagnoles. Je déplore le fait de ne plus causer avec celle qui a su donner autant à ses cinq enfants et onze petits-enfants et qui blaguait encore avec ses arrières-petits enfants. Elle est partie avec la fabuleuse recette des "merveilles" que nous préparions, enfants, dans la cuisine, mais nous a laissé, sur quelques pages d'un cahier, l'histoire de sa vie. De quoi rester pour toujours avec nous. Adios, Amachi !

  • Des fleurs dans les cheveux

     

    Le mois d'août a débuté comme il le devait : sous un soleil radieux ! C'était l'occasion parfaite pour ressortir mes bandeaux fleuris, ceux qui égayent n'importe quelle longueur de cheveux. Le choix des couleurs étant difficile, on en choisit plusieurs, évidemment ! J'ai encore du mal à me prendre seule en photographie, mais cela donne quand même une meilleure idée de l'effet que ça fait sur cheveux (courts, ici, en l'occurrence). Ils sont tous en boutique, à vous de choisir !